Les forages pétroliers en Arctique menacent un écosystème fragile, précieux,

Climat

Le pétrole, poison des peuples autochtones

Les forages pétroliers en Arctique menacent un écosystème fragile, précieux, nécessaire à notre équilibre à tous. Ils touchent durement les populations locales, qui voient ou craignent de voir leur mode de vie bouleversé.
De l’océan dépendent des cultures, des modes de vie, des quotidiens … Bâtis en totale harmonie avec la nature, ces cultures sont aujourd’hui terriblement altérées par les forages.

En Arctique, il est des lieux où le désastre est déjà en cours

Les compagnies pétrolières sont déjà actives depuis des années sur terre dans les régions polaires. C’est le cas notamment en Sibérie dans la République de Komi. Large plaine coupée par la chaîne de l’Oural, recouverte de forêts et peuplée de population autochtone vivant de la pêche et de la culture de leurs rennes. Ce territoire s’étend sur une surface équivalente à la France et est peuplé par environ un million d’habitants. Hélas, aujourd’hui, les torchères ont remplacé les arbres et les nappes huileuses ont tué les poissons.

La catastrophe environnementale en cours dans la République de Komi éclaire d’une lumière violente la place donnée à l’environnement par des compagnies comme Rossneft ou Gazprom, actives dans cette région. Or, ces entreprises disposent également de plans de forage pétrolier et sont déjà actives au large des côtes nord sibériennes.

Nos collègues de Greenpeace Russie travaillent depuis des années avec les Komis dans la dénonciation de ce crime oublié. Aujourd’hui, ce combat est un exemple supplémentaire de cette course effrénée au pétrole de l’Arctique.

Lire l’enquête : Glace Noire – déversement pétrolier en Russie, une crise sans fin

Point Hope : l’océan est leur jardin

L’équipe à bord de l’Esperanza est allé à la rencontre des habitants de Point Hope. Point Hope est une localité d’Alaska, point crucial d’observation des impacts des dérèglements climatiques. La perte de glace a créé plus de voies navigables, et la formation de vagues plus grandes qui ont entraîné une érosion plus forte. Les communautés locales faisaient face, jusqu’ici, à cette érosion qui touchait leurs côtes. Ils doivent aujourd’hui faire avec les risques induits par le projet de forage de Shell.

Le maire et les autres résidents de Point Hope partagent, dans cette vidéo, leurs préoccupations face aux forages.
Les résidents de cette ville, également connue sous le nom « Tikigaq, » ont vécu pendant des générations en osmose avec la mer des Tchouktches, qui est aujourd’hui menacée par la pollution, le bruit et le risque d’un déversement de pétrole qui accompagnent le projet de forage offshore.


Rejoignez les défenseurs de l’Arctique

Toutes les actualités de la campagne Save The Arctic





Commentaires (38)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Bernard

Suggestion pour le modérateur du site: pourquoi ne pas mettre les nouveaux commentaires entrants en tête de listes et non pas a la fin ? Cela me semble plus logique, comme le font la majorité des sites. Merci

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Bernard

Bonjour à vous tous, Le pétrole semble la cause majeurs à nos problèmes de pollutions, alors arrêtons notre bavardage idéologique que je viens de (vous) lire depuis plus de 30 minutes et apportons les solutions et les moyens d'y parvenir: comment diviser par deux, par 5, par 10 notre consommations de pétrole? Four solaire: (poulet entier cuit en 2h15 -T°140à 170°C) Certain week-end la cuisinière ne fonctionne pas du tout. Par exemple: le four se préréchauffe de 9 à 10 h, le poulet de 10 à 12h30, le gâteau de 12h30 à 13h15, le Chili Con Carné de 13h30 à 15h30 (repas pour le soir ou le lendemain.... Tout est un question d'organisation et de vouloir changer notre perception des choses. Au départ je n'y croyait pas trop, aujourd'hui je trouve cela très très bien, les aliments ne colle pas au fond, pas besoin de matière grasse au fond de casserole; le four est sur roues, je viens le ré-orienter vers le soleil environs tous les heures et demie tout en faisans autre chose dans le jardin.... 9000 de ces fours solaires ont été auto-construits dans le monde depuis 1999....une idée toute simple réalisé par deux français en vacance en Bolivie qui se rendent compte qu'une femme passe deux jour sur 15 dans ces pays à récolter des fageaux de bois pour fair la cuisine ou chauffer la nuit....... Si je peux cité cette association très humble mais efficace: Bolivia Inti Sud Soleil Isolation, double vitrage, maison passive, chauffe eau solaire, photovoltaique (certain n'y croient pas mais plus nous en aurons moins nous aurons besoin de pétrole), l'héolienne, l'hydro-électiricité, faire plus de vélo et de la marche, etc... Mon dada ce sont les déchets que j'étudi depuis plus de 10 ans: un morceau de fromage enveloppé dans un papier kraft légèrement ciré et non blanchi = lorsque j'ai fini de le manger, ce paper kraft je de déchire et il va dans mon composteur, j'évite donc le papier ciré blanchi et le sac plastic......, etc.. Il faut donc marteler à chaque fois que vous achetez, cette incohérence aux responsables... Encore mieux, pourquoi ne pas creer un groupe de passionné qui produirait de superbe affiches simples, informatives et concises pour les différents commerces (boulangeries, boucheries, fromageries, surpermarchés, etc...) Sur ces affiches, en quelques mots, et de façon très sympathique, incité le client à éviter de prendre un sachet papier pour la baguette mais plutôt d'apporter le sien; l'affiche montrant que notre supermarché change pour le bien de votre environnement et vous propose cette nouvelles façon d'emballer les fromages avec uniquement un papier cirer non blanchi qui ferme uniquement avec le sticker colant qui contient le prix...... Juste le fait d'aller à la rencontre de ces boulanger ou directeur de supermarcheé, vous allez démarrer un processus de changement des mentalités malgré tout. Notre problème nous les écologistes c'est que nous ne sommes pas assez force de propositions concrètes et précises La collecte des déchets! Quelle catastrophe! Pourquoi la benne à ordure doit-elle s'arrêter devant chaqunes de vos porte trois fois par semaine (12 fois par mois!) comme ici à Brive? A partir de cette anné, la benne passera que deux fois par semaines...mais allons plus loin, comme le fait la communauté de communes de Burbach en Allemagne, uniquement 5 fois par mois! Et tout les fermentescibles/putrescibles sont collectés à part (inclus dans les 5 passages par mois!). Ces fermentescibles deviennent ensuite des ammendements organiques nobles de très grandes qualités que les agriculteurs s'arrachent car les prix des engrais chimiques (fabriqué à base de pétrole) ne cessent d'augmenter. La clé de tous nos problème de pollutions lié au déchets est directement lié au fait que nous continuons à mélanger nos déchets de table avec les autres déchets, d'où les problèmes d'odeurs que nous subissons au bout de 3 jours et également d'où notre incapabillité de séparer ce mélange affreux! Allors porquoi continuer à mélanger nos déchets de table avec le reste? Les seules solutions que nous apportent les industriels c'est l'enfouissement, l'incinération, le Tri-mécano-biologique, la Thermolyse, la Gazéification, le bioréacteur, la presse à extrusion, etc.... ce sont tous des processus que je nomme "des usines à gaz" qui fabriquent tous de nombreux sous-produits qui sont à leurs tours des déchets qui sont non aptes à retourner sur nos terres agricoles, des procédér très coûteux.... Mettons en place un système intélligent de collecte de nos déchets et nous pourrons rapidement faire de réelle économie sur notre environnement, diviser par deux la consommation de pétrole (bennes d'ordures), produire un fertilisant noble, diviser par trois le nombre d'incinérateurs en France, et surtout éviter toutes les usines à gaz que l'on nous propose aujourd'hui, etc... Bernard ardhi19ardhi@gmail.com

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

observatrice

Adieu les ours sur la banquise. Adieu charmants esquimaux. Tout le monde s'en fout. Le pétro-dollar roi. Le fric roi. L'homme très c.. fera sauter la planète. Mais on s'en fiche, est-ce que ça vaut le coup de vouloir sauver l'homme en général. Etre aussi borné, c'est grave. Alors attendons la fin du monde après avoir attendu la fin d'un monde qui n'est pas arrivé. On n'y croyait mais le fric, les banquiers, les tradeurs sont trop forts. Tout le monde veut de l'argent. Et bien qu'ils continuent tous à polluer, à détruire, à empoisonner la planète.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE