[img data-size="full" data-imgid="141101" src="https://cdn.greenpeace.fr/site/up

Tribune inter-asso du Groupe Local Greenpeace du Mans et XR Le Mans

la crise du coronavirus et ses répercussions

Cette tribune a été relayée sur les réseaux sociaux et auprès des médias locaux

 

La crise actuelle liée au COVID19 nous a incité à écrire, nous un collectif d’associations de
l’agglomération mancelle (Greenpeace Le Mans, XR), cette tribune pour attirer l’attention d’un grand
nombre sur ce phénomène, ses origines, ses conséquences et poser la question de l’après.
Ce virus a été transmis par des animaux sauvages entrés en contact avec des êtres humains. La
dégradation de la biodiversité et des écosystèmes par les activités humaines engendrant des
bouleversements pouvant déboucher sur des épidémies ou des catastrophes naturelles. La
déforestation est un exemple d’activité humaine désastreuse ayant contribué au développement de
la malaria ou d’Ebola. Cette pandémie, qui a provoqué, qui provoque et qui provoquera des drames
sociaux et économiques, va être un vecteur de relâchement par rapport aux engagements
climatiques. Nous ne voulons pas que les objectifs de l’accord de Paris soient abandonnés ou que des
rapports, tel que celui du GIEC, soient enterrés.

Le confinement actuel démontre qu’une population, face à une urgence de santé publique, peut
changer son mode de vie.  Il faut changer notre système économique, investir nos énergies et nos
finances vers l’économie locale et solidaire pour nous nourrir, nous approvisionner, nous chauffer et
nous déplacer.

Nous appelons tous les acteurs de la société aux niveaux local, régional et national à se mobiliser sur
des thèmes tels que les systèmes alimentaires territoriaux, une Politique Agricole Commune
ambitieuse, une optimisation des transports en commun et des déplacements en vélos, favoriser les
assemblées locales et entretenir cette solidarité qui s’est amorcée et doit être soutenue.
Prenons un exemple local : la ville de Reims a lancé mercredi 22 avril une consultation citoyenne
intitulée, « Inventons le Reims d’après »;. La mairie souhaite que les Rémois fassent des propositions
pour préparer le déconfinement à partir du 11 mai. La même initiative a été lancée à Toulouse pour
imaginer le monde d’après.

D’autres réflexions sont menées dans la région, comme à Nantes où se pose la question la
production locale : « Dans leur liste de « souhaits », les professionnels des circuits courts évoquent
pêle‐mêle des marchés et magasins de producteurs locaux, mais aussi des légumeries (ateliers
collectifs de conditionnement pour des maraîchers locaux) ou des outils de transformation
fromagère… « Interfaces entre le monde agricole et les consommateurs, les collectivités comme la
métropole ont peu de poids, mais quelques leviers à activer, analyse Romain Siegfried, de l’AURAN
(Agence d’Urbanisme de la Région de Nantes). A condition de comprendre le fonctionnement de la
filière, Ce retour au local, c’était déjà dans les tuyaux, ça va sans doute accélérer le processus. »

En tant que collectif d’associations, nous proposons à chacune et chacun d’entre vous de s’exprimer
librement sur la page Facebook : https://www.facebook.com/greenpeacelemans/ sur la publication :
« Comment envisagez-vous le monde d’après ? »

Et n’oublions pas : « Notre planète est notre trésor, protégeons-la et valorisons son bien le plus
précieux : La vie ».