Il y a des anniversaires qu’on aime fêter plus que d’autres. Celui que nous

Climat

Le Japon fête ses un an sans nucléaire

Un an sans nucléaire. Au Japon, le nucléaire, loin de "renaître", tente de survivre. Il est plongé dans un coma profond depuis un an. Le remettre en marche relèverait de l’acharnement thérapeutique. Débranchons-le !

Il y a des anniversaires qu’on aime fêter plus que d’autres. Celui que nous célébrons aujourd’hui a une saveur particulière. Le Japon vient de passer un an sans énergie nucléaire.

Un an sans nucléaire… C’est possible ? Pourrait-on se passer du nucléaire (et d’un nouveau Fukushima) ? Un an sans nucléaire… Une source d’inspiration pour d’autres pays. Une source de panique pour l’industrie nucléaire.

Le nucléaire, une énergie « indispensable »… dont on peut se passer

Il y a un an jour pour jour, le Japon mettait à l’arrêt le dernier réacteur encore en fonctionnement dans le pays (Ohi 4, dans la préfecture de Fukui). Depuis, la totalité du parc du Pays du soleil levant est… endormi. Pour ne pas dire plongé dans un coma profond.

Le Japon est la 3ème puissance économique mondiale. Avec 130 millions d’habitants et 48 réacteurs nucléaires, il est l’un des pays les plus nucléarisés au monde, devancé uniquement par les États-Unis et la France.

Bien que tous ses réacteurs soient à l’arrêt depuis 12 mois, le Japon n’a déploré aucune panne générale d’électricité, ni de baisse de tension. En réalité, si on cumule les temps de mise à l’arrêt des 48 réacteurs, on arrive à 152 ans, soit plus d’un siècle et demi sans production d’électricité nucléaire.

nuke Japan

Sobriété, efficacité et mobilisation citoyenne

Les efforts réalisés par la population en matière d’efficacité énergétique et d’économies d’énergie se sont traduits par une baisse de la demande en électricité équivalant à la production de 13 réacteurs nucléaires. Dans le même temps, les Japonais ont installé des milliers de micro panneaux solaires photovoltaïques (23 000 foyers s’équipent chaque mois). Le solaire photovoltaïque a connu un essor massif et rapide dans le pays : en 2013, le Japon est devenu le 2ème marché national dans le monde, derrière la Chine.

Certes, une nation qui, pendant un demi-siècle, a construit sa politique énergétique sur les combustibles fossiles et le nucléaire ne peut pas, du jour au lendemain, passer au « tout renouvelable » et cesser totalement d’émettre du CO2.

Mais contrairement aux idées reçues, les émissions de CO2 n’ont pas explosé à cause de la mise à l’arrêt des réacteurs nucléaires japonais. C’est-à-dire que la courbe ascendante et insoutenable des émissions a continué à se poursuivre, mais cela n’est pas à mettre sur le compte de l’arrêt du nucléaire. Par exemple, un coup de projecteur montre que l’augmentation était de 8% entre 2010 et 2012, puis de 7% entre 2012 et 2014… À titre de comparaison, la France a vu elle aussi ses émissions augmenter en 2013, malgré ses 58 réacteurs.

Mais les renouvelables sont l’avenir et l’avenir est déjà en marche au Japon, D’ici à 2020, les renouvelables pourraient fournir plus de 40 % de l’électricité du pays, d’après le scénario établi par Greenpeace Japon.

© Jeremy Sutton-Hibbert / Greenpeace

Au Japon, le nucléaire est dans un coma profond depuis un an. Débranchons-le !

Le nucléaire est une industrie qui, depuis des décennies, engloutit l’argent du contribuable au mépris de tout bon sens – économique, environnemental, sécuritaire ou sanitaire.

Au Japon, cette industrie s’est effondrée. Si elle était déjà en déclin au niveau mondial avant Fukushima, l’impact de la catastrophe a accéléré la tendance et dopé la croissance des renouvelables. Dans les sondages, les Japonais se prononcent en majorité contre le redémarrage des réacteurs. Après tout, cela fait un an qu’ils vivent sans électricité nucléaire. Pourquoi risquer une nouvelle catastrophe avec une technologie dépassée, dangereuse et inutile ?

Les efforts du gouvernement conservateur de M. Abe pour remettre le nucléaire rapidement sur les rails ont jusqu’ici échoué. Le redémarrage des deux premiers réacteurs sur la liste (ceux de Sendai, dans la province de Kagoshima) fait face à de nombreux obstacles, notamment à des risques sismiques et volcaniques. Les riverains de Sendai se sont tournés vers la justice pour demander une injonction contre l’exploitant (Kyushu Electric) et le gouvernement, et les empêcher de rouvrir le site nucléaire.

Plutôt que de chercher à tout prix à défendre l’industrie nucléaire, le gouvernement japonais ferait mieux de consacrer son énergie à la gestion de la catastrophe de Fukushima, qui est toujours en cours, et au soutien des centaines de milliers de personne touchées par l’accident. Il devrait aussi impulser une politique énergétique basée sur les renouvelables et l’efficacité énergétique, et préparer des plans de démantèlement des réacteurs nucléaires, qui sont vieux et dont la mise aux normes de sûreté post Fukushima va être hors de prix.





Commentaires (61)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Mélissa

Vivre sans nucléaire ok! Mais où le Japon as t-il trouvé son énergie pendant un an???? Cela m'échappe...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

pricilia

bonne anniversaire japon

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Paul Blancher

Un manque cruel d'objectivité dans cet article, proche de la désinformation, c'est vraiment dommage! Cerner l'ampleur des défis énergétiques nécessite un regards sur tout les pans du sujet. Je te suis extrêmement reconnaissant pour tout les combats capitaux que tu mènes, mais s'il te plait Greenpeace, écrits des articles à la hauteurs des enjeux !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.