Lundi, la Cour de justice internationale de la Haye a rendu un arrêt très clai

Océans

Le droit international à la rescousse des baleines

Lundi, la Cour de justice internationale de la Haye a rendu un arrêt très clair sur la chasse à la baleine japonaise dans l’océan austral : elle n’a rien de scientifique.


En effet, comment tuer des centaines de baleines, les transformer en morceaux de viande congelée à bord d’un navire usine et ensuite les commercialiser au Japon peut-il être considéré comme une activité scientifique ?

Pour comprendre cette aberration, il faut remonter un peu dans le temps. En 1986 un moratoire international sur la chasse commerciale à la baleine est adopté, mais le Japon va utiliser une faille dans les textes internationaux : le moratoire ne couvre pas la chasse à des fins scientifiques. Il suffisait donc tout simplement de rebaptiser une activité commerciale, à échelle industrielle, en programme scientifique et le tour était joué. Depuis cette date, tous les ans pendant l’été austral, la flotte japonaise harponnait des centaines de baleines.

Greenpeace / Rex Weyler – 1977

Une décision historique
Il n’y a rien de scientifique dans cette activité.

Aucun article ou publication scientifique digne de ce nom n’a jamais été publié et ce programme, très largement financé par les contribuables japonais, est du point de vue de la science totalement inutile.
Cette chasse commerciale qui ne dit pas son nom appartient au passé, et les temps changent : aujourd’hui les japonais n’ont plus d’appétit pour cette viande. C’est donc non seulement une activité commerciale déguisée, mais aussi un non sens économique. Année après année les entrepôts frigorifiques se remplissent de centaines de tonnes de viande de baleine qui ne trouvent plus de débouchés commerciaux.

Reprenant les arguments portés par de nombreuses organisations écologistes, comme Sea Shepherd ou Greenpeace ou même de gouvernements opposés à la chasse à la baleine, le gouvernement australien a demandé en 2010 à la Cour de justice internationale de statuer sur le sujet. Le 31 mars 2014 les juges de la Haye ont pris un arrêt historique : sans interdire la chasse scientifique, elle a reconnu l’illégalité des pratiques japonaises.. Le Japon doit donc mettre fin à ce programme, annuler toutes les licences et ne plus accorder aucune permission de tuer des baleines dans ce cadre.
Cette décision ouvre enfin une voie vers la fin définitive de ce massacre industriel.

southernocean1201_3

Les baleines sont-elles sauvées ?

Le gouvernement japonais a annoncé qu’il reconnaissait cette décision de justice. Mais le pays a déjà contourné le droit international une fois … il n’est à ce stade pas exclu qu’il tente de le bafouer à nouveau en place un nouveau programme sur des bases un peu plus scientifiques, ou qui du moins en aurait l’apparence. C’est pourquoi aujourd’hui, la vigilance reste de mise.

Il faut enfin ranger la chasse commerciale à la baleine – quelles qu’en soient les justifications, scientifique ou autre – dans les placards de l’histoire. La disparition des principales espèces de baleines par la chasse n’a été évitée que grâce au moratoire adopté en 1986, à un moment ou cette économie était déjà en déclin. Il est aujourd’hui trop prématuré pour dire que toute chasse commerciale est dorénavant impossible et il est du devoir de la justice internationale mais aussi des organisations non gouvernementales de rester mobilisées, afin que la science ne soit pas à nouveau utilisée comme prétexte.

Humpback Whale Documentation

Il reste des menaces bien présentes pour les baleines

Enfin, n’oublions pas que ne s’estimant pas tenue par le moratoire international de 1986 auquel elles ont formellement objecté, la Norvège et l’Islande sont les deux seuls pays au monde à encore pratiquer la chasse commerciale à la baleine, Oslo et Reykjavik jugeant la population des espèces chassées suffisamment abondante.

D’autres menaces pèsent aujourd’hui sur les baleines comme sur l’ensemble des écosystèmes marins : conséquences des dérèglements climatiques et acidification des océans, conséquences de la pollution, ou encore du développement des activités maritimes.
L’arrêt définitif du programme japonais pourrait d’ailleurs avoir un autre effet salutaire : il permettrait de débloquer la situation au niveau de la Commission baleinière internationale, de mener une vraie collaboration scientifique avec le Japon, et d’adopter des mesures de protections face à ces nouvelles menaces.

À suivre…

Commentaires (54)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Cecchi stephanie

Que faut il faire pour protéger nos océans une bonne fois pour toute et éviter de nouveau les chasses par tous ces pays tueurs .. J ai honte à leur place, Russie Chine Japon, pays nordiques de continuer encore 2019 ces massacres, que ce soient des baleines ou ivoire..faitent voter des lois âgés de illimitée pour la protection des animaux à travers la planète et créer une armée dedier uniquement à cette cause... soyer aussi dur que ces pays le sont envers la nature

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Tsarévitch

Je trouve cela trés discutable. Les chinois mangent du chien, vous allez les embêter pour ça? Pourquoi la pêche à la baleine en particulier? Au fond je pense que Greenpeace à acquis sa notoriété sur une cause moins écologiste, qu'animaliste. Si on y réfléchit, c'etait et c'est une cause criticable. Les japonais mangent des baleines, nous on mange bien du thon, on mange aussi des mamifères terrestres assez nombreux. C'est pas seulement criticable parce que c'est "animaliste" c'était criticable par rapport à l'aspect culturel. Vous êtes a priori une bande d'occidentaux qui critiquaient les mœurs culinaires et la façon de pêcher des japonais. La pêche d'un tel animal a peut-être sur une importance culturelle spéciale pour les pêcheurs sur l'archipel du Japon, je n'en sais rien. Ce qui n'est pas légitime pou moi c'est de se positionner comme cela vis à vis d'un animal. De se projeter en lui et d'imaginer qu'avec ça vous auriez de quoi imposer votre loi. Pas de votre part mais de la part des "anti spécistes", ce qui est aussi critiquable, c'est qu'ils considèrent à peu prés toute personne qui vit et travaille avec des bêtes, tous les agriculteurs comme des " oppresseurs, sauvages arriérés cruels et ignares" qu'ils veulent conséquemment faire disparaître toute culture impliquant des animaux " au nom de la civilisation" et puis qu'ils cherchent aussi à faire disparaître tous les animaux domestiques. Mais rien de bien grave dans tout ça.

1 réponse

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Robertvex

ez payday loans that work oregon payday loans http://payday-needcash.co.uk#du9q payday loans in santa clarita rzzrv96g Payday Us Top legal payday loans http://paydaytodayloans.co.uk#hwk3 sweet payday loans 8jdnh97v Payday Loan payday loan reno nv http://pay-day-uk-ok.co.uk#d5iu project payday referral program 50iceh4u

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES