Greenpeace condamne l'échec des gouvernements présents à la Cites, qui vienne

Océans

La Cites signe l’arrêt de mort du thon rouge

Greenpeace condamne l’échec des gouvernements présents à la Cites, qui viennent de rejeter l’interdiction du commerce international du thon rouge. Cette conférence était une chance historique de sauver l’espèce, menacée d’extinction. Aucune mesure de protection n’a été prise pour la sauvegarde de l’espèce. Faire passer les intérêts à court terme de quelques états qui pratiquent un lobbying très actif, tels que le Japon, avant la préservation d’une espèce menacée, cruciale pour l’équilibre de l’écosystème méditerranéen est tout simplement inacceptable.

L’Union européenne n’a pas défendu sa position
La Libye, pays pêcheur, demandait une décision rapide sur ce point, démarche qui a été votée à la majorité en plénière. Alors que la tendance générale était plutôt aux négociations sur plusieurs jours, la discussion s’est faite en plénière, sur deux propositions, celle de l’Union Européenne pour le classement avec un délai, et celle de Monaco pour un classement immédiat. Il n’y a eu que 20 votes en faveur de la proposition de Monaco et seulement 43 en faveur de la position européenne, sur les quelques 120 pays participants. On peut alors se demander comment, avec la mobilisation européenne affichée en amont de la conférence, on peut en arriver à de tels résultats.

L’avenir du thon rouge retourne entre les mains de l’Iccat
L’espoir qui reste pour le thon rouge, c’est l’Iccat, organisation qui gère la pêche au thon, qui se tiendra en novembre, à Paris. C’est là que les gouvernements pourraient, enfin, décider de réduire les quotas de pêche pour assurer la survie du thon rouge.





Commentaires (186)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

filou

Aux armes citoyens

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

filou

Avec la marée noire, le thon va avoir un bon gout

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

cèbosousleau

J'annonce tout de suite la couleur : je ne connais rien à la pêche au thon ou pas grand chose mais je m'y intéresse parce que j'adore la nature, les animaux, la mer et tout ce qu'il y a dedans, c'est tellement beau de voir des poissons nager....ça m'empêche pas d'en manger aussi, raisonnablement ! J'essaye de comprendre où est la vérité dans tout le charabia que je lis ici. C'est pas croyable que vous êtes pas foutus de tomber d'accord sur les chiffres et sur l'avenir de cette espèce de poisson, comment voulez vous qu'on s'y retrouve! Au lieu de vous foutre sur la gueule gentiment, pourquoi pas voir les côtés qui nous rapprochent et essayer de construire quelque chose dans la même direction? - On est bien d'accord sur le fait que tout le monde a besoin et le droit de travailler, qu'il soit pêcheur, fonctionnaire, agriculteur, ...peu importe le métier, personne ne souhaite que les pêcheurs soient au chômage, ni les autres non plus d'ailleurs. Si on vous demandait brutalement à tous comme vous êtes, d'arrêter de faire un métier qui vous passionne, sans vous proposer une autre alternative, vous vous laisseriez faire? Vous vous défendriez tous jusqu'au bout, c'est humain, l'homme a horreur du changement. - On est d'accord aussi sur le fait qu'on ne veut pas interdire radicalement la pêche aux thons rouges (dites moi si je me plante?) mais baisser les quotas et limiter ou interdire la pêche industrielle dévastatrice? - On est d'accord aussi sur le fait que si la loi obligeait plein de pêcheurs à arrêter de faire leur métier, faudrait peut être les aider à trouver et faire un autre métier qui leur plaise? - On est d'accord aussi sur le fait que les asiatiques sont les plus gros consommateurs de thons rouges, que nous, pauvres petits consommateurs occidentaux, qu'est ce qu'on peut y faire? perso je ne vois pas, à part signer des pétitions et boycotter les produits "made in China ou made in Japan " mais alors là je peux plus acheter grand chose! -Enfin on est d'accord que tous les sommets et réunions internationales de bla bla où les pays soit disant civilisés causent de la soit disant préservation des espèces, ça n'est qu'une vaste fumisterie. On sait bien que les enjeux financiers, économiques, politiques en arrière plan, finissent par l'emporter en général. Et ne dites pas qu'ils sont inconscients, ça serait trop facile, ils sont bien conscients des dangers et des dégâts, c'est ça le pire, mais nous fonctionnons à courte échéance, au profit maximum, mettons nous plein les poches tant que c'est possible. Je suis assez pessimiste sur l'avenir de notre planète en général alors les thons rouges les pauvres. Tout ce que je souhaite c'est que l'Homme élargisse son champ de conscience sur les conséquences de ses actes, les répercussions de tout ce que nous faisons, il n'y a pas de hasard. Pourquoi tant de gens disent qu'ils aiment la mer et malgré cela ne se gênent pas pour jeter des sacs plastiques sur la plage ou dans la mer quand ils sont en bateau? LA MER N'EST PAS UNE POUBELLE, C'EST LES POUMONS DE LA TERRE ALORS LAISSEZ LA RESPIRER!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE