Alors que le Rainbow Warrior était à l’ancrage dans le port d’Auck

Il y a 30 ans, l’insensée « raison d’Etat » causait la mort de Fernando Pereira

Nous commémorerons demain la mémoire de Fernando Pereira. Il y a 30 ans, ce militant écologiste non violent perdit la vie dans l’attentat du Rainbow Warrior dans la nuit du 10 au 11 juillet 1985.

Alors que le Rainbow Warrior était à l’ancrage dans le port d’Auckland, deux explosions retentissent successivement au milieu de la nuit.
Le Rainbow Warrior vient d’être coulé par les services secrets français. Alors que la mobilisation citoyenne internationale soutient l’engagement de Greenpeace contre les essais nucléaires, le gouvernement français, se disant harcelé par la contestation, choisit de faire sauter le navire.
Fernando Pereira, le photographe de l’équipage, se trouvait à bord.

Fernando Pereira, militant écologiste et photographe, décédé dans l’attentat du Rainbow Warrior

Le monde se réveille sous le choc

Le sabotage est évident. Les faux époux Turenge qui sont en fait le Capitaine Prieur et le commandant Mafart agents des services secrets, sont rapidement arrêtés. Dans les semaines qui suivent, les preuves contre le gouvernement français s’accumulent.

Rainbow Warrior sunk off New Zealand

Sous la pression internationale, celui-ci finit par reconnaître les faits. Le bateau a bien été coulé par les services secrets français qui ont agi sur ordre, probablement du Président Mitterrand… Charles Hernu, ministre de la défense du gouvernement Fabius démissionne. La tragédie a mis en lumière, dans le monde entier, le combat de Greenpeace, lui donnant encore plus de force et de détermination pour poursuivre ses missions. En France cependant, une campagne de désinformation est orchestrée avec vigueur par les autorités. Il s’agit de faire passer la France pour une victime, l’agresseur n’étant autre que Greenpeace, organisation étrangère probablement manipulée par des intérêts ennemis…

La manipulation est efficace et la suspicion entretenue coupe l’organisation du soutien de son public. Le bureau français de Greenpeace est contraint de fermer ses portes en 1987 et les rouvrira deux ans plus tard.

Quand désobéir est un devoir

Demain, vendredi 10 juillet, nous organiserons une conférence – table ronde :

[center] »Militant menacés : société civile en danger »
Lieu : Péniche l’Escale Bourdonnais – Bir Hakeim / Port de Suffren, Paris
de 10h à 12h[/center]

Le soir, à partir de 20H00 aura lieu un rassemblement sur le Parvis des droits de l’Homme.

[center]Pour vous inscrire et en savoir plus n’hésitez pas à rejoindre notre événement sur la page Facebook dédiée.[/center]

Commentaires (9)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Pascal Leroy

D'accord pour débaptiser la place. Pourquoi lui avoir donné ce nom d'ailleurs, effet de la popularité du jeune homme ou geste de copain gratifiant?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Lilian Munoz

Oui, il est bien triste que des êtres humains qui sont les vrais héros de notre sinistre monde soient traités comme de vrais bandits et terroristes alors que d'autres vrais bandits, les financiers, les magouilleurs, les cupides, sont protégés et respectés ! Où sont les vraies valeurs quand une décision politique s'en prend à des hommes qui n'ont fait qu'agir selon la morale ? Comment respecter ceux qui foulent au pied les valeurs qui font que notre monde est encore viable ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Monsieur Bouton

La place Charles Hernu à Villeurbanne (69) doit devenir place Frenando Pereira.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Philanthropie

Un engagement au service de vos idéaux.

NOUS CONTACTER

Notre mission

Depuis plus de 45 ans, Greenpeace agit selon les principes de non-violence pour protéger l’environnement, la biodiversité et promouvoir la paix.

EN SAVOIR PLUS
Comment faire un legs à Greenpeace ? EN SAVOIR PLUS