[Vidéo] Greenpeace collabore avec Etienne de Crécy pour dénoncer l’impact de l’élevage industriel sur les forêts

Forêts

Greenpeace France dévoile une vidéo réalisée par le studio de création français H5 pour sensibiliser à l’impact de notre surconsommation d’animaux d’élevage industriel sur les écosystèmes d’Amérique du Sud.

Sur une composition originale du DJ français de musique électro Etienne de Crécy, la vidéo retrace en sens inverse le parcours d’un nugget de poulet, depuis le fast-food en France où il est consommé jusqu’aux forêts d’Amérique du Sud où est cultivé le soja qui a servi à nourrir le poulet d’élevage intensif. Les images, montées à l’envers, créent une impression d’étrangeté qu’accentue la bande son rappelant la cadence effrénée des élevages industriels. 

“Au bon goût de brûlé”, le slogan de la marque fictive de fast-food mise en scène dans la vidéo, prend tout son sens lorsque la forêt s’embrase pour laisser place à des cultures de soja. Au terme de ce cheminement en marche arrière, la musique s’arrête pour laisser place aux bruits de la forêt et de la biodiversité qu’elle abrite et à de superbes images d’espèces et d’écosystèmes emblématiques, voués à disparaître si rien n’est fait pour arrêter ce désastre. 

“A travers cette vidéo, nous avons voulu remonter la chaîne de notre consommation de viande industrielle jusqu’en Amérique du Sud, déclare Cécile Leuba, chargée de campagne Forêts à Greenpeace France. La déforestation, ce n’est pas quelque chose d’abstrait et notre surconsommation a un impact direct sur des écosystèmes exceptionnels qui sont réduits comme peau de chagrin et de manière irréversible ! Grâce à cette vidéo, nous espérons mobiliser à nos côtés les citoyens et les consommateurs pour exiger du gouvernement français qu’il prenne de toute urgence de véritables mesures pour mettre un terme à ces importations climaticides.” 

Chaque année, la France importe deux millions de tonnes de soja en provenance du Brésil, sans garantie de l’absence d’impact de la culture de ce soja sur les écosystèmes d’Amérique du Sud. Pour stopper ce désastre environnemental, Greenpeace demande au gouvernement français de prendre des mesures juridiquement contraignantes pour s’assurer que les produits qui entrent sur son territoire ne soient pas connectés à la déforestation. 





(Crédits photographiques : © Julia Petrenko / Greenpeace)