Et si Total forait au large du Mont-Saint-Michel ? Greenpeace en action dans toute la France, ce samedi, contre les projets du pétrolier

Greenpeace se joue de Total pour le 1er avril
Imaginez que Total vienne procéder à des forages pour trouver du pétrole au large d’Etretat ou des Dunes du Pilat ? Ces situations, aussi absurdes soient-elles, vont être mises en scène samedi, par les militants de Greenpeace, à l’occasion du traditionnel poisson d’avril. Les militants sensibiliseront la population à un cas bien réel : Total a des projets d’exploration pétrolière au large des côtes brésiliennes, à quelques kilomètres d’un récif corallien unique situé à l’embouchure de l’Amazone.

Invitation médias à Paris
Samedi 1er avril – 9h30
Brasserie Le Wilson – 2 place du Trocadero et du 11 novembre, Paris 16e
Contact : Jane – 06.23.45.27.26

Dans une quinzaine de villes, les militants, déguisés en cadre de Total, célébreront de faux projets de forage sur des sites naturels ou des emblèmes du patrimoine de leur département. « L’objectif de cette mise en scène du 1er avril est de dénoncer l’absurdité du projet de Total au Brésil explique Edina Ifticene, chargée de campagne Océans à Greenpeace France. Nous voulons interpeller la population. Comment réagiriez-vous si Total menaçait votre environnement proche ? ». Afin de soutenir la protection du récif de l’Amazone, les passants sont encouragés à signer une pétition.

Cette opération s’inscrit dans la continuité de l’action menée, lundi 27 mars, par Greenpeace. Une trentaine d’activistes avait simulé une fausse marée noire en déversant 3 000 litres de mélasse devant l’entrée du siège du pétrolier à La Défense.

Des écosystèmes préservés mis en danger
Situé au Nord du Brésil, le récif de l’Amazone s’étend sur une zone de 9 500 km² et reste encore largement inexploré. En janvier 2017, une expédition organisée par Greenpeace avec l’appui de scientifiques brésiliens a permis de révéler les premières images de cet écosystème unique, composé de diverses espèces de coraux, d’éponges et d’algues calcaires. Cette zone, située à l’embouchure de l’Amazone, est vierge de toute production pétrolière à ce jour et présente une biodiversité remarquable (lamantins, dauphins, loutres de rivière…).

Mais à peine découvert, le récif de l’Amazone est déjà menacé par des projets d’exploration pétrolière menés par Total et BP. Ainsi, l’une des concessions du groupe pétrolier français est située à moins de 30km du récif. Greenpeace réclame l’arrêt de ces projets d’exploration en offshore ultra profond afin de ne pas exposer la région à des risques de fuites et de marées noires qui auraient des impacts irréversibles sur la biodiversité.

Index
Découvrez les photos et les vidéos du récif de l’Amazone
Les photos de l’événement du 1er avril seront disponibles samedi après-midi en suivant ce lien

Contact Presse : Angélina Pineau
Chargée de relations média à Greenpeace France
Tel : O6.89.22.99.18
angelina.pineau@greenpeace.org

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.