Procès Invivo : Greenpeace relaxée par le tribunal de grande instance de Paris

Agriculture

Le 24 octobre 2019, le tribunal de grande instance de Paris a relaxé Greenpeace France dans le cadre du procès en diffamation intenté par Invivo. La justice a reconnu la bonne foi dont l’association a fait preuve.

En mai 2015, une quinzaine d’activistes de Greenpeace France avaient bloqué l’entrée principale d’InVivo, premier groupe coopératif français rassemblant plus de 200 coopératives et faisant la promotion de produits à base de pesticides.

Le tribunal a rappelé que la problématique des pesticides, inscrite dans le débat public depuis plusieurs années et dont la préoccupation se fait de plus en plus pressante, est un sujet d’intérêt général aux enjeux considérables, aussi bien pour la santé humaine que l’environnement.

Pour Greenpeace France, cette décision démontre que le droit d’expression des associations reste primordial pour défendre l’intérêt général. La légitimité de Greenpeace à informer sur des sujets de santé publique est une fois de plus reconnue.

Les entités se faisant le lobby des pesticides ont beau multiplier les litiges pour affaiblir ceux qui remettent en cause leurs activités, la justice n’est pas dupe et sait différencier les procédures bâillon de procédures légitimes.

Déjà en 2017, la justice donnait raison à Greenpeace France qui décrivait les pommes comme “empoisonnées” dans le cadre d’un rapport scientifique publié sur les traitements chimiques de ces fruits. L’objectif est le même que lors de son action de mai 2015 où l’association a souhaité alerter sur un enjeu de santé publique.

Contact presse
Johanna Sanson
06 13 07 04 29
Vous voulez soutenir une agriculture durable ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions pour promouvoir l'agriculture écologique en faisant un don !