Nucléaire : Greenpeace s’introduit dans la centrale de Nogent-sur-Seine

Climat

Nogent-sur-Seine, le 5 décembre 2011 – Ce matin, à 6h, des militants de Greenpeace se sont introduits dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube), située à 95 km au sud-est de Paris pour faire passer le message que le nucléaire sûr n’existe pas.

« Avec cette action non-violente, Greenpeace démontre à quel point les installations nucléaires françaises sont vulnérables« , explique Sophia Majnoni d’Intignano, chargée de campagne Nucléaire pour Greenpeace France. « De simples militants, aux intentions pacifistes et disposant de peu de moyens, sont parvenus à atteindre le cœur d’une centrale nucléaire. C’est la preuve flagrante que les dispositifs de sécurité existants sont tout à fait insuffisants. Et pourtant, l’audit sur la sécurité des installations nucléaires commandité par le gouvernement suite à la catastrophe de Fukushima ne prend pas en compte le risque d’intrusion humaine. C’est très inquiétant. »

Greenpeace demande au gouvernement d’élargir le périmètre de l’audit des installations nucléaires françaises en intégrant l’ensemble des risques.

Un audit largement insuffisant

Suite à la catastrophe de Fukushima, le gouvernement français a commandité un audit pour vérifier la sûreté et la sécurité des installations nucléaires françaises. La réalisation de cet audit a été confiée aux exploitants nucléaires eux-mêmes – le CEA, Areva et EDF – et ses conclusions seront analysées par l’Autorité de sûreté nucléaire d’ici la fin de l’année. Cet audit se borne à étudier les problèmes liés à des évènements naturels (séisme, inondation, etc.). Risque terroriste, chute d’avion, virus informatique : aucun risque d’agression externe non-naturelle n’est pris en compte.

Dans un rapport commandé par Greenpeace et à paraître en janvier, Arjun Makhijani, expert indien indépendant, président de l’Institut de recherche sur l’énergie et l’environnement du Maryland (États-Unis), analyse ainsi l’audit nucléaire français :
« Du point de vue des causes et du déroulement de l’accident, il n’est pas pertinent de limiter l’analyse des évènements initiateurs aux seuls phénomènes naturels (séisme et inondation). Dans une démarche de révision globale de la sûreté, les risques d’origine humaine auraient dû être intégrés dans cette analyse. Ceci concerne, a minima, les causes accidentelles, et devrait même inclure les actes de malveillance. »

Des dispositifs de sécurité impressionnants… sur le papier !

Le gouvernement, en charge de la sécurité des sites nucléaires, se targue d’avoir des plans à toute épreuve pour sécuriser le parc atomique français :
– intervention d’avions de chasse en maximum 15 min sur tous les sites nucléaires ;
– présence continue d’un peloton spécial de gendarmerie sur chacun des sites ;
– radar aérien de détections sur certaines installations ;
– accès aux sites soumis à autorisations officielles après enquête ;
– double clôture électrifiée et vidéosurveillance autour de chacun des sites ;
– espace aérien interdit au dessus des sites.

« Les militants de Greenpeace démontrent aujourd’hui que, malgré un dispositif de sécurité impressionnant, les installations nucléaires françaises sont très vulnérables« , insiste Sophia Majnoni. « C’est d’ailleurs probablement pour ça que les risques externes non-naturels ne sont pas pris en compte dans l’audit. Si c’était le cas, aucune installation ne pourrait être déclarée sûre et la France n’aurait d’autre choix que de sortir du nucléaire !« 

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.