Entrée en vigueur de la loi Alimentation : Greenpeace se mobilise dans une vingtaine de villes pour demander plus de repas végétariens à la cantine

Agriculture

Depuis lundi, des centaines d’affiches et de graffs à la craie invitant les maires à s’engager en faveur d’une alimentation plus végétale colorent les murs de nombreuses villes dont Lyon, Nantes, Le Mans ou encore Paris. Pour lutter efficacement contre les changements climatiques, Greenpeace France demande aux communes d’augmenter l’offre de menus végétariens dans les cantines tout en proposant une viande de meilleure qualité, produite localement.

Photos des affichages mises en ligne ici : https://media.greenpeace.fr/1291

“Il est urgent de sortir de l’opposition stérile “menus végétariens contre produits carnés” explique Laure Ducos, experte Agriculture et Alimentation chez Greenpeace France. “L’Observatoire nationale de la restauration collective bio et durable a montré que les villes qui mettent en place des menus végétariens sont aussi celles qui investissent le plus dans de la viande bio et locale [1]. Il s’agit simplement de consommer moins et mieux de viande ! Tout le monde y gagne : la planète, notre santé et les éleveurs et éleveuses des territoires.”

Cette campagne d’affichage nationale déclinée par une vingtaine de groupes locaux de Greenpeace intervient dans le cadre de l’entrée en vigueur de la loi EGalim (Etats Généraux de l’alimentation), qui impose à toutes les cantines scolaires de proposer au moins un repas végétarien par semaine aux enfants depuis le 1er novembre 2019.

“Aujourd’hui, les enfants consomment entre 2 et 4 fois trop de protéines animales, un constat alarmant… surtout lorsque l’on sait que des représentants de l’industrie de la viande et des produits laitiers continuent d’influencer la composition des menus des cantines !” comme en témoigne une mise à jour d’un rapport de Greenpeace sur les lobbies de la viande sortie cette semaine [2].

Alors que les émissions de gaz à effet de serres liées à l’élevage représentent 14,5 % des émissions mondiales, Greenpeace France appelle l’ensemble des collectivités territoriales à mettre en place deux menus sans viande ni poisson par semaine dans les cantines, comme le font déjà Lille, Grenoble, Paris 2e, 19e et 11e ou encore Mouans-Sartoux, et invite les citoyennes et citoyens à rejoindre le mouvement Cantineverte.fr.

À titre d’exemple, en instaurant un menu végétarien hebdomadaire supplémentaire dans l’ensemble de ses écoles scolaires (maternelles et élémentaires), la ville de Paris réduirait les émissions de gaz à effet de serre de ses cantines scolaires de 12% [3], soit 11.500 allers/retours Lille-Marseille en voiture.

Vous voulez soutenir une agriculture durable ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions pour promouvoir l'agriculture écologique en faisant un don !