Désobéissance civile : la place des militant·es de Greenpeace n’est pas en prison !

Nucléaire

Il y a deux ans, le 12 octobre 2017, huit militant·es de Greenpeace France se sont introduits dans la centrale nucléaire de Cattenom et ont allumé un feu d’artifice au pied des piscines d’entreposage de combustibles usés pour dénoncer la fragilité de ces installations hautement radioactives.

Voir la vidéo de l’action du 12 octobre 2017
Suite à cette action non-violente, le tribunal correctionnel de Thionville a prononcé en première instance des peines particulièrement  lourdes et inédites à l’encontre de Greenpeace France en tant que personne morale, mais également contre les huit militant·es et un salarié, porte-parole de l’association sur les questions nucléaires, poursuivi pour “complicité”. Les peines vont de cinq mois de prison avec sursis à deux mois de prison ferme pour deux d’entre eux.

“Nous revendiquons la légitimité de cette action que Greenpeace et les militant·es ont menée dans l’intérêt général. Nous l’avons fait par devoir de vigilance face au déni de l’industrie et à la négligence des autorités quant à des failles de sécurité majeures identifiées par des experts indépendants [1] et validées par la création d’une commission d’enquête parlementaire quelques mois après [2]. Comment est-il possible que des militant·es puissent s’introduire dans des sites aussi sensibles que des centrales nucléaires? La population est-elle réellement protégée face au risque nucléaire? Là sont les vraies questions !”, commente Yannick Rousselet, prévenu et porte-parole sur les questions nucléaires à Greenpeace France.

Le 30 octobre prochain, le procès en appel des 9 de Cattenom aura lieu devant la Cour d’appel de Metz à 14h. Maîtres Marie Dosé et Alexandre Faro, qui représentent Greenpeace, les huit militant·es et Yannick Rousselet, plaideront notamment la relaxe.
Le jour même, Greenpeace France organise un grand rassemblement en soutien aux 9 de Cattenom pour réaffirmer que la place des militant·es écologistes n’est pas en prison.

Dans un pays où le nucléaire est une véritable religion d’Etat, protégée par le secret défense et le secret industriel, nous n’avons pas d’autre choix que d’avoir recours à la désobéissance civile non-violente. Que nous soyons menacés par le risque nucléaire, le dérèglement climatique ou l’effondrement de la biodiversité, notre devoir est de désobéir pour protéger notre avenir”, conclut Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France.

[1] Le 10 octobre 2017, Greenpeace France publie un rapport intitulé “La sécurité des réacteurs nucléaires et des piscines d’entreposage du combustible en France et en Belgique et les mesures de renforcement associés”.

[2] http://www2.assemblee-nationale.fr/15/autres-commissions/commissions-d-enquete/commission-d-enquete-sur-la-surete-et-la-securite-des-installations-nucleaires





Vous voulez nous aider à sortir du nucléaire ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions pour en faisant un don !