[ACTION] ‘Cap sur le chaos climatique’ : les activistes de Greenpeace font obstacle à l’arrivée du terminal méthanier avant son arrivée au port du Havre

²

Le Havre, 18/09/2023 : Le FSRU Cape Ann, terminal méthanier flottant long de plus de 280 mètres, devait être mis en service au Havre avant le 15 septembre[1] pour, selon le gouvernement, assurer la sécurité énergétique de la France suite à la guerre en Ukraine. Greenpeace France a interpellé le gouvernement français à plusieurs reprises en soulignant l’incompatibilité de ce terminal avec la tenue de ses objectifs climatiques, notamment via une investigation menée avec le média Disclose[2].  Ce matin, des activistes de Greenpeace sont intervenu.e.s afin de faire obstacle à son arrivée au port et dénoncer la politique énergétique du gouvernement français qui va à contre-sens de l’urgence climatique et dont le terminal méthanier du Havre est un symbole funeste.

« Avec ce terminal, la France confirme sa position de plaque tournante du gaz de schiste américain et le gouvernement nous maintient dans une dépendance au gaz fossile. Le Président avait annoncé que le pays serait parmi les premières nations à sortir des énergies fossiles et la Première ministre présente aujourd’hui les grandes orientations concernant la planification écologique. Mais où est la cohérence du gouvernement ? Ce terminal ne doit pas être mis en service et le gouvernement doit renoncer à tout nouveau projet d’infrastructures fossiles et à tout projet d’extension des infrastructures existantes », déclare Hélène Bourges, responsable de la campagne énergies fossiles pour Greenpeace France.

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace
Photos et vidéos de l’action ici : https://media.greenpeace.fr/3284/

En mer, des activistes de Greenpace ont peint le message Gas Kills’ sur la coque du Cape Ann tandis qu’au niveau de l’entrée du port, une bannière de 30 mètres de long portant le message ‘France : plaque tournante du gaz de schiste’ a été installée. Des activistes à bord de canoës kayaks bloquent le passage de l’entrée du port avec des messages déclarant ’Total : dealer de schiste’, ’Macron : dealer de schiste’ ou encore ’End Fossils crimes’. Une membre du collectif ’Scientifiques en rébellion’ est également présente pour soutenir l’action.

E. Macron s’était engagé en février 2022 à faire de la France la première grande nation à sortir des énergies fossiles.  Le terminal méthanier du Havre augmentera au contraire les importations de gaz naturel liquéfié en France et alimentera notamment une logique d’augmentation de la production de gaz de schiste aux Etats-Unis, très émetteur de gaz à effet de serre. L’investigation de Disclose et de Greenpeace France, publiée le 28 juin dernier, remet en question l’utilité de ce terminal méthanier pour la souveraineté énergétique de la France et de ses voisins européens et démontre que cette infrastructure est superflue, même en cas d’hiver froid, contrairement à ce qu’avancent le ministère de la transition énergétique. Pour Greenpeace, ce dernier agit  sous l’influence de TotalEnergies, comme l’a montré un rapport publié en avril dernier sur l’influence du lobby du gaz en Europe pour favoriser un boom du gaz naturel liquéfié et des infrastructures associées[1].

‘Le seul bénéficiaire évident de cette infrastructure gazière, c’est l’opérateur du terminal flottant TotalEnergies et ses actionnaires dont la stratégie de croissance et la recherche de profits misent sur le gaz naturel liquéfié’, continue Hélène Bourges. ‘TotalEnergies a clairement été à la manœuvre pour la mise en place de ce terminal méthanier en France et le gouvernement a une nouvelle fois fait le choix de faire prévaloir ces intérêts privés sur la lutte climatique, favorisant notamment la mise en place de ce terminal par l’octroi d’un régime de faveur juridique inédit’.

Les énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz) sont responsables de 86% des émissions de CO2 lors de la dernière décennie selon le GIEC. Alors que le gouvernement prétend aujourd’hui s’atteler à la définition de ses grandes orientations en matière de planification écologique et énergétique, Greenpeace France rappelle que, pour être cohérent en matière climatique, il faut agir rapidement et drastiquement sur la réduction de consommation d’énergies fossiles, en investissant notamment massivement dans l’efficacité et la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables.

Dans ce contexte, l’installation d’un nouveau terminal méthanier pour 5 ans n’est pas une option, d’autant que d’autres projets d’infrastructures fossiles seraient à l’étude selon l’enquête de Greenpeace France et Disclose.


[1] https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000046186723

[2] https://www.greenpeace.fr/espace-presse/terminal-methanier-du-havre-une-installation-deletere-pour-le-climat-dont-lutilite-reste-a-demontrer/

[3] https://www.greenpeace.fr/espace-presse/rapport-boom-du-gaz-naturel-liquefie-comment-les-entreprises-gazieres-piegent-leurope-et-les-etats-unis-dans-une-dependance-au-gaz