[ACTION] 45° degrés, zéro engagement : Greenpeace France bloque toujours un cargo lié à la déforestation dans le port de Sète

« Quand parlera-t-on enfin des causes et pas uniquement des conséquences de cette canicule ? questionne Cécile Leuba, chargée de campagne Forêt chez Greenpeace France. L’origine du dérèglement climatique s’explique aussi par ce qu’il se passe ici, à Sète, avec ce cargo chargé de soja, sans que notre gouvernement ne dise un mot. Derrière ce soja se cachent de la déforestation et des émissions massives de gaz à effet de serre qui réchauffe notre planète ! ».

Depuis vendredi, 14h30, des activistes de Greenpeace, venus de France, d’Allemagne et des Pays-Bas, bloquent le déchargement d’un cargo contenant 50 000 tonnes de soja, en provenance du port de Salvador au Brésil (1). 89 % du soja exporté par ce port provient du Cerrado, une des zones les plus détruites par la déforestation au Brésil. Ce soja importé en Europe sert principalement à nourrir nos animaux d’élevage.

Ce matin, après une nuit où la température est restée autour des 30 degrés, les activistes de Greenpeace ont rappelé leur détermination à ne pas laisser ce soja entrer en Europe. Ils bloquent toujours les grues de déchargement du quai, ont déployé une banderole de 15 mètres déclarant « Elevage industriel = déforestation » et peint sur la coque du bateau le message « 45 degrés, zéro engagement » pour rappeler l’inaction du gouvernement pour lutter contre le réchauffement climatique.

Lien pour télécharger les photos et vidéos de l’action : https://media.greenpeace.fr/947

Au même moment au G20, Emmanuel Macron se revendique porte-étendard de l’ambition climatique, déclarant ne pas vouloir signer de communiqué final s’il ne mentionne pas l’accord de Paris. « L’accord de Paris, il ne suffit pas de le mentionner, il faut surtout l’appliquer, continue Cécile Leuba. Ce sera impossible pour la France sans mettre un terme à cette déforestation importée, comme on le voit dans ce cargo, et sans réduire sa production de viande, d’œufs et de produits laitiers et opérer la transition vers un élevage écologique. Rappelons que la déforestation et l’élevage sont des mastodontes en terme d’émissions de gaz à effet de serre, représentant 12 et 14,5% des émissions de GES mondiales ».

Autre manque de courage politique du gouvernement : l’accord de libre-échange avec le Mercosur, dénoncé par les ONGs et les organisations agricoles, vient d’être conclu par l’Union européenne. Il détériorera encore plus les droits humains au Brésil, et l’environnement.

Greenpeace interpelle depuis hier le gouvernement sur ses importations massives de soja entrant dans les ports français. Il arrive en moyenne un cargo de soja tous les dix jours en provenance du Brésil. Face à ces 45 degrés et à sa responsabilité, le gouvernement n’a pour l’instant pas prononcé un mot.

Les demandes de Greenpeace France :

• Concernant la SNDI, Greenpeace France demande l’interdiction de toute arrivée de soja sur le territoire français s’il n’est pas prouvé qu’il n’a pas contribué à la déforestation ou destruction d’écosystèmes. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’appliquer immédiatement les grands principes énoncés dans sa stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

• Concernant la transition de notre modèle d’élevage : Greenpeace France demande à ce que le prochain Plan protéines végétales soit ambitieux et favorise le développement de légumineuses diversifiées, durables et adaptées aux territoires, pour nourrir certes les animaux mais surtout les humains. De plus la prochaine Politique agricole commune, et en particulier le plan stratégique national, doit permettre une réduction de la production de protéines animales et la transition d’un modèle industriel vers un élevage écologique et paysan. Greenpeace France demande ainsi la fin des subventions aux modèles productivistes pour enfin assurer cette transition vers un élevage écologique.

1 Le lien vers le communiqué de presse annonçant l’action de vendredi : https://www.greenpeace.fr/espace-presse/action-greenpeace-france-bloque-larrivee-dun-bateau-de-soja-au-port-de-sete/ .

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES