Comme Nicolas Sarkozy en son temps, le Président François Hollande a pour miss

Climat

EPR en Inde, une impression de déjà vu

Comme Nicolas Sarkozy en son temps, le Président François Hollande a pour mission lors de son voyage officiel en Inde ces 14 et 15 février d’avancer les très difficiles négociations de vente de deux réacteurs EPR. Si la vente se confirme, ces deux réacteurs seront construits sur une zone sismique.

Site of Proposed Jaitapur Nuclear Plant

François Hollande, VRP d’une filière sans avenir économique

La construction d’une centrale nucléaire est aujourd’hui l’investissement financier le plus risqué dans le secteur de l’énergie. Retards, surcoûts, charges futures inconnues, coûts des assurances et hausse des standards de sûreté, autant de contraintes qui mettent à mal la compétitivité de la filière nucléaire. Lire notre article : Europe : EPR cherche partenaire particulier.

Que ce soit en Inde, en Chine, en Finlande, République Tchèque ou en Angleterre, où la France construit ou tente d’exporter son EPR, les négociations achoppent toujours sur la même question : qui est responsable, qui paie et assure en cas de problème ? Ce sont en règle général les États et donc les contribuables qui sont mis à contribution.

Jaïtapur est un projet à risque…. Qui l’assurera ?

Jaïtapur en Inde – Fiche d’identité du projet

Constructeur
Un MOU (Memorandum Of Understanding, le document spécifiant l’accord bilatéral) a été signé en 2009 entre AREVA et NPCIL (Nuclear Power Corporation of India Limited) pour la construction de 6 EPR. Le premier contrat portant sur 2 EPR n’a pas encore été finalisé, il devait pourtant l’être en 2011.

Coût et financement
Le prix actuellement négocié par NPCIL est de 2,7 milliards d’euros par réacteur, soit 2 EPR pour 5,4 milliards d’euros ce qui n’est même pas le coût d’un seul EPR en Finlande (€ 5,7Mds)

La centrale de Jaïtapur sera financée à 70% en dette et à 30% en fonds propres. Les banques occidentales sont impliquées : la BNP a été choisie pour être la banque arrangeuse en charge de proposer un système de financement…

Planning
La construction devait commencer en 2012 pour une mise en service 2017, soit 5 ans prévus pour construire deux EPR alors que les EPR finlandais et français ont déjà respectivement 4 et 2 ans de retard, soit une durée de construction minimale de 7 ans pour un réacteur. Le fait que ce planning, conformément à l’historique des EPR a donc pris un retard déjà conséquent …

Les principaux problèmes de sûreté sur Jaïtapur

Une centrale nucléaire dans une zone à risque sismique

La région de Jaitapur est traversée par trois failles tectoniques. Au cours des 20 dernières années, de nombreux tremblements de terre ont été recensés dans cette zone. Le plus violent, enregistré en 1967 à une centaine de kilomètres de Jaïtapur, affichait une magnitude de 6,5 sur l’échelle de Richter. Entre 1990 et 2000 une séisme d’une magnitude supérieure à 6 sur l’échelle de Richter et deux supérieurs à 5 ont été mesurés dans la région de Jaitapur.

Sur l’échelle de risque indienne, la zone de Jaïtapur est classée à l’échelon 4 sur 5 avec des séismes pouvant atteindre une magnitude de 7 sur l’échelle de Richter.

jaitapur

Une absence totale d’indépendance du régulateur
Pour permettre un contrôle réel des activités nucléaires, la France a modifié en 2006 le statut de l’Autorité de sûreté nucléaire pour en faire une Autorité Administrative Indépendante (AAI). Aujourd’hui l’ASN revendique cette indépendance comme la garantie majeure d’un contrôle efficace des activités nucléaires.

L’autorité de contrôle indienne (AERB) n’est pour sa part pas indépendante des instances chargées de la promotion du nucléaire en Inde. Voir l’étude publiée dans Nature sur le manque d’indépendance de l’autorité. http://www.nature.com/news/india-s-nuclear-watchdog-criticized-1.11290
Au sein même du collège dirigeant d’AERB, 2 des 6 commissaires travaillent pour NPCIL. Cette indépendance de l’organe régulateur est rendue obligatoire par les règles internationales (Convention de l’AIEA sur la sûreté nucléaire de 1994 ratifiée par l’Inde) ainsi que par les règles européennes (EU directive 2009/71)

De nombreux incidents liés au nucléaire chaque année en Inde
L’absence d’un organe de contrôle pleinement indépendant a des conséquences directes sur la qualité de la sûreté. En Inde, l’exposition aux radiations des salariés du nucléaire est 10 fois supérieure à la moyenne mondiale. Plus de 1700 salariés et scientifiques sont morts de maladies liées à une exposition aux radiations entre janvier 1995 et mars 2010. Cette réalité est toujours d’actualité, le 24 novembre 2009, une cinquantaine de travailleurs sur la centrale de Kaiga ont été hospitalisés après avoir été exposés à une dose extrêmement forte de radioactivité. En avril dernier 7 personnes ont été hospitalisées et une personne a trouvé la mort suite à une exposition à de hautes doses de radioactivité sur un marché de recyclage des métaux à proximité de New Delhi.

Une autorité de contrôle incapable de surveiller un chantier de la taille de l’EPR
AERB compte 215 agents pour contrôler 5 chantiers de réacteurs nucléaires de technologie différente, 19 réacteurs en fonctionnement et 2409 installations nucléaires. A titre de comparaison, le régulateur finlandais emploie 70 personnes à temps plein pour travailler uniquement sur l’EPR. L’absence d’un contrôle indépendant de la sûreté est un point crucial tant au niveau de la construction du réacteur, (en 1994 le toit du réacteur nucléaire Kaiga 1 s’est effondré à quelques mois de la fin des travaux) mais aussi au cours de l’exploitation de la centrale, d’autant plus dans une zone sismique où les tremblements de terre peuvent affecter durablement les réacteurs. Au Japon une centrale a été endommagée par un séisme de magnitude 6,4, il a fallu arrêter la centrale pendant presque deux ans.

Rally Opposing Jaitapur Nuclear Plant

Une centrale controversée en Inde

Une étude d’impact environnementale biaisée
La construction de 2 EPR à Jaïtapur affectera non seulement la vie de quelques 10 000 villageois propriétaires des terrains mais aussi des milliers de pêcheurs. La centrale sera située dans une région qualifiée de haute qualité biologique par le gouvernement indien où normalement la construction de centrales est interdite. L’étude d’impact environnementale renseigne un risque sismique erroné (zone 3) et ne prend pas en compte les impacts des rejets qui vont modifier les écosystèmes.

Des protestations réprimées
Alors que les villageois ont refusé les compensations financières versées pour le rachat forcé de leurs terres, les autorités publiques ont réprimé les manifestations contre le projet de Jaïtapur. Environ 3000 personnes se sont faites enfermées volontairement.





Commentaires (14)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jezabella

Ceux qui prétendent vivre sans électricité mentent. Vous voulez revenir à l'âge de pierre ? Et les hôpitaux, les écoles, les infrastructures qui marchent grâce à l'électricité vous faites comment ? Demain on meurt tous dans le froid et l'humidité juste pour faire plaisir à des écolos politiques financés par de grandes entreprises et Rockfeller ? Les pays pauvres ont droit à l'énergie comme nous. La précarité énergétique vous connaissez ? Cela veux dire des centaines de milliers de familles en France et Europe, USA sans électricité a cause du chômage. Je vous fait remarquer que JAMAIS vous ne parlez de la misère des millions de chomeurs et précaires qui mangent que grace à l'aides d'Emmaus, restos du coeur, et autres Secours catholique. En fait si comme Mr Yves Cochet et Sir David Attenborough l'être humain "c'est la peste " il faudrait arrêter d'avoir des enfants. Dites la vérité sur votre projet l'AGENDA 21 bien connu des pays anglo-saxon. Qui a crée Greenpeace ? Et le WWF ? De grandes familles riches comme le Prince Philippe d'Angleterre, Prince Bernhart de Belgique, Rockfeller, Maurice Strong, Margareth Thatcher, Gorbatchev ont repris la suite pour financer le Rapport de Rome en 1978 et les divers Congrés sur le climat. Dans les années 70 on prévoyait un "âge glaciaire" et un arrêt de toutes les matières premières. Paul Ehrlich et John Holdren voulaient stériliser les êtres humains à leur insus. Ces deux personnes misanthropes sont toujours là et bossent pour Mr OBama. L'USAID et de nombreux pays se sont rendus coupables de stérilisations de masses sur des "natives" indiens ou pauvres. Taper Fujimori et Pérou. En Afrique et Israel on utilise du dépo-provéra pour stériliser des femmes pauvres. Tout cela sous l'égide de l'ONU et l'USAID, les personnes ne sont pas totalement consentantes et mal informées. C'est un crime contre l'humanité. Greenpeace s'inquiète-t'il de la vie des pauvres humains ? NON ! Ils sont proches des pouvoirs en place, et des décideurs et passe des deals avec eux. L'argent coule à flot pour les écolos. Et dites moi là les gens qui donnent des leçons aux autres : avez vous le chauffage ? L'électricité chez vous ? De l'eau chaude ? Vous mangez bien ? Vous vivez tous dans des grottes ? A la bougie ? Sans eau courante ? Faites vous des enfants ? Vous vous nourrissez que de bio ? De quoi vivez vous au fait ? Répondez honnêtement à ma question s'il vous plait ! Je vous remercies et bonne journée.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

DaisyN21

Le nucléaire est aujourd'hui (et demain) la seule réponse potable à la situation de l'énergie aujourd'hui. On ne va quand même pas nous faire croire que l'on peut s'en passer et n'utiliser que des éoliennes et des panneaux solaires!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Jean-PaulII

Comme d'hab' l'article et les commentaires sont d'une bêtise incroyable. "Le prix actuellement négocié par NPCIL est de 2,7 milliards d’euros par réacteur, soit 2 EPR pour 5,4 milliards d’euros ce qui n’est même pas le coût d’un seul EPR en Finlande (€ 5,7Mds)" Les surcoûts sont liés au fait que l'EPR Finlandais est le premier réacteur de génération III+ à être construit il est donc normal que le chantier avance plus lentement que prévu. De plus, à mon avis NPCIL est plus qualifié que Greenpeace pour évaluer le coût de construction des deux EPR surtout quand c'est son pognon qui est en jeu. "lors que les EPR finlandais et français ont déjà respectivement 4 et 2 ans de retard" Pourquoi ne pas parler des deux EPR Chinois qui avancent très rapidement et seront livrés dans les délais ? Le Finlandais et le Français sont les premiers du genre à êtres construits, le retard est donc normal et même souhaité. "Une centrale nucléaire dans une zone à risque sismique " L'EPR d'Areva est construit spécialement pour résister aux séismes "Alors que l’amélioration des conditions de vies devraient être une priorité, l’Inde a pour projet d’investir des milliards dans la construction de 2 EPR vendus par la France. Bref, nous avons élus un VRP du nucléaire." Oui c'est vrai que l'accès à l'électricité pour des millions d'Indiens c'est inutile.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE