Les citoyens italiens étaient invités à se prononcer ce week-end, par referen

Climat

Démocratie et nucléaire : mobilisation internationale

Les citoyens italiens étaient invités à se prononcer ce week-end, par referendum, sur le retour au nucléaire, la privatisation de l’eau et l’immunité pénale de Silvio Berlusconi. Les électeurs devaient ainsi se prononcer sur un éventuel retour du nucléaire en Italie, où il avait été abandonné par référendum en 1987, après la catastrophe de Tchernobyl.
Cela fait 16 ans que le quorum n’était pas atteint en Italie pour ce type de référendums d’initiative populaire.

Une mobilisation massive des citoyens italiens

Pour que ces référendums soient valables, un taux de participation (quorum) de 50%, plus une voix, était nécessaire. 57% des électeurs italiens ont participé aux référendums dimanche et lundi.Selon les premières estimations, une écrasante majorité d’Italiens a rejeté l’utilisation de l’énergie nucléaire. A 18h, environ 20 000 bureaux de vote sur 61 599 avaient rendu leurs verdicts et le résultat est sans appel : 94,53 % de votes contre le retour du nucléaire. (suivre les résultats sur le site internet du ministère de l’Intérieur italien).

Voir le communiqué de Greenpeace : Viva Italia !

Face à l’omerta des médias traditionnels sur le sujet du nucléaire, et pour montrer l’importance du referendum, les initiatives se sont multipliées :

A Rome, Florence, Venise,militants de Greenpeace et citoyens se sont mobilisés avec un seul message : « Italia Ferma il nucleare, vota si! » (l’Italie quitte le nucléaire, vote oui!) …
Sur l’esplanade du Pincio à Rome, Greenpeace a transporté un immense bidon (4 mètres de hauteurs sur 5 de diamètre) à l’intérieur duquel des activistes s’étaient enfermés. A l’extérieur, une banderole : « Les fous c’est vous. Le nucléaire n’est pas notre futur ».

Lors de la finale de la Coupe d’Italie une immense banderole « De Palerme à Milan arrêtons le nucléaire » a été déployée.

Samedi 11 juin : Journée internationale de mobilisation anti-nucléaire

Trois mois se sont écoulés depuis l’accident de Fukushima. Et la catastrophe se poursuit. Pour éveiller les consciences, une journée d’action internationale a eu lieu le 11 juin, à l’appel de la société civile japonaise.

Des milliers de manifestants ont défilé au Japon, ainsi qu’en Belgique, en Italie et en France, où ils scandaient, en français et en japonais « nucléaire dégage ! »

Ce week-end, des citoyens du monde entier se sont rassemblés, ont voté et donné de la voix pour rappeler leur volonté de participer à un débat sur l’énergie nucléaire, jusqu’ici confisqué par les politiques et les dirigeants. Ils ont rappelé que sortir du nucléaire, c’est techniquement faisable, économiquement viable et que des solutions existent.

Manifestation anti-nucléaire à Paris – no comment par nocommenttv





Commentaires (318)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
Envoyer

saltabank

Deux articles mis sur mon blog pour montrer la course des lobbies et leur puissance de nuisnce L'Inde affirme avoir découvert "la plus grosse mine d'uranium au monde et Inde : Les sacrifiés du nucléaire – source aujourdhuilemende Je tiens a montrer a quel point la course au profit court terme des complaisances des multinationales et états peuvent avoir des conséquences néfastes. Pour cela je vais utiliser deux articles ayant pour lieu l’Inde avec L'Inde affirme avoir découvert "la plus grosse mine d'uranium au monde – source et Inde : Les sacrifiés du nucléaire. Pour mieux comprendre cette logique destructrice : Documentaire | L'Histoire des Choses, ( a story of stuff : Texte) I L'Inde affirme avoir découvert "la plus grosse mine d'uranium au monde : Le nucléaire fournit 3% de l’électricité en Inde A qui profite cette découverte ? Encore une fois, cela ne répond qu’a une logique de profit court terme des multinationales et non a l’intérêt général. Certainement pas à la population indienne dont les quinze réacteurs nucléaires, répartis sur le littoral, empoisonnent déjà l'existence... Voir article dans le post Inde : Les sacrifiés du nucléaire (Source mis en ligne jeudi 21 décembre 2006 par Mathias Goldstein) exrait « Les choses ne tournaient pas rond depuis longtemps. Trop longtemps. Pire, elles s’aggravaient année après année. La nature ne se comportait plus comme elle le faisait depuis toujours, leur univers leur était devenu hostile » avec des partis « 1-Malformations chez 35 % des enfants, 2- Aucune naissance depuis quatre ans, 3- Mauvaise foi, cynisme et sectarisme, 4 - L’Etat indien coupable, 5 - Jadugoda : le village de l’horreur, 5- La course effrénée à l’atome extrait « En 1968, l’Inde refuse de signer le traité de non-prolifération et n’autorise pas l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a effectuer des vérifications après sa première explosion atomique « pacifique » de 1974. En 1998, I’lnde procède à cinq essais nucléaires. Selon le gouvernement indien, deux d’entre eux concernaient une bombe à fission et une bombe thermonucléaire et ont été réalisés pour des raisons de sécurité nationale » http://saltabank.blogs.letelegramme.com/archive/2011/07/21/l-inde-affirme-avoir-decouvert-la-plus-grosse-mine-d-uranium.html

Popeye

Mais le personnel est formé et porte des dosifilm (dosimétrie passive). En revanche tu as raison, je n'ai connais pas la formation des médecins sur ce sujet

Faust

Dans ce cas, ces personnels doivent être formés et sensibilisés au plus vite. Maintenant, le problème ne vient pas forcemment de ceux qui manipulent ces appareils, mais de ceux qui prescrivent des scanners pour tout et n'importe quoi... et là, les concernant, mon raisonnement s'applique...

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.