[caption id="6954" width="780"][img class="size-img_blog" src="https://cdn

Climat

Deepwater Horizon : six ans plus tard, le monde a changé. Pas les compagnies pétrolières

Tout le monde s’en souvient. Des flammes gigantesques. Un panache de fumée noire. Des eaux souillées. Des oiseaux mazoutés. Un puits défectueux à 1 500 mètres de profondeur. La plateforme pétrolière Deepwater Horizon, affrétée par BP, explosait dans le golfe du Mexique le 20 avril 2010. Ce jour-là, onze personnes ne sont jamais rentrées chez elle. Il y a quelques jours est sorti sur grand écran le film Deepwater Horizon, une «super production» américaine qui retrace le déroulement de cette catastrophe. L’occasion de s’interroger : six ans plus tard, qu’est-ce qui a changé ?

Les garde-côtes à pied d’oeuvre autour de la plateforme Deepwater Horizon, avril 2010 ©Daniel Beltra/Greenpeace

Les communautés côtières toujours affectées

La faune subit encore aujourd’hui les impacts de cette marée noire, la pire qu’aient connue les Etats-Unis, et les impacts sur l’environnement, notamment sur les marais salants, pourraient être irréversibles. Le tourisme et la pêche, principales activités économiques de la région, ont été durement frappés, grevant les revenus des communautés côtières.

De nombreux habitants se débattent également avec des problèmes de santé liés à l’exposition prolongée au pétrole et autres produits toxiques utilisés comme « dispersants » pour limiter les effets visibles de la marée noire.

Les communautés locales paient un lourd tribut à l’exploitation pétrolière : outre cette marée noire, elles ont été frappées par l’ouragan Katrina, la tempête Sandy ou bien encore les inondations meurtrières de l’été dernier – des phénomènes aggravés par les changements climatiques, eux-mêmes accentués par l’exploitation et la consommation des combustibles fossiles.

Plage de Louisiane, mai 2010 © Daniel Beltra/Greenpeace

Quelles leçons pour les compagnies pétrolières ?

BP a finalement été contrainte, fin 2015, de verser des indemnités record de près de 21 milliards de dollars pour dédommager les victimes et nettoyer les 2 000 kilomètres de côtes souillés dans cinq États (Alabama, Floride, Louisiane, Mississippi et Texas). A cela s’ajoutent les quelque 500 millions de dollars dépensés par la compagnie en communication pour restaurer son image.

La semaine dernière, BP a annoncé qu’elle renonçait à son projet de forage dans la Grande Baie australienne, une zone abritant une faune marine exceptionnelle. Faut-il voir dans cette décision le spectre de la catastrophe de Deepwater Horizon ? Ce n’est qu’après avoir essuyé plusieurs refus des autorités australiennes pour non-respect des normes environnementales, évalué les risques et les coûts prohibitifs (dans un contexte de baisse du prix du pétrole et de durcissement des législations), et fait face à une opposition citoyenne déterminée que la compagnie pétrolière a renoncé à ce projet controversé.

Début octobre, BP a dû fermer une de ses plateformes en mer du Nord suite au déversement de 95 tonnes de pétrole, à 75 km au large des Shetlands. Chaque semaine, les infrastructures pétrolières continuent d’être à l’origine de fuites, d’incendies mortels, de collisions, de nappes de pétrole et autres déboires, sans parler des marées noires permanentes dans le nord de la Russie ou le Delta du Niger

Les citoyens se mobilisent et les énergies renouvelables se développent

Manifestation pour les énergies renouvelables à l’université de Miami en Floride, septembre 2004 ©Greenpeace / Keith Annis

Aujourd’hui, les habitants du golfe du Mexique continuent de se mobiliser pour demander la justice climatique, l’arrêt des nouveaux projets de forage et une transition vers des énergies propres et renouvelables.

Sur le front juridique, les initiatives se multiplient à l’encontre les compagnies pétrolières : en juillet dernier, la Commission des droits de l’homme des Philippines a porté plainte contre 47 entreprises, dont BP, pour leur contribution au dérèglement climatique ; il y a quelques jours, plusieurs organisations (dont Greenpeace) ont porté plainte contre les autorités norvégiennes pour avoir autorisé la prospection pétrolière dans les eaux arctiques en mer de Barents.

BP et consorts vont également devoir revoir leurs stratégies de façon à les rendre compatibles avec l’accord de Paris sur le climat. Pour limiter la hausse des températures, il faut que les ressources pétrolières inexploitées restent dans le sol.

Aujourd’hui, les énergies renouvelables sont en plein boom et battent de nouveaux records. Dans un rapport publié hier, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) revoit ses prévisions à la hausse et table sur une progression de 42 % du déploiement des énergies renouvelables d’ici à 2021. Le monde est en train de changer, n’en déplaise à l’industrie pétrolière.

Commentaires (14)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

rené robert

Jé pardu mon maman a dipwoter eaurizon et jean swui trai trist car cetai mon moman et mon popa est mouru atvhernobil

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

martin Petitpas

je suis en accord avec ce que vous dite ,car Jai perdu mon chien a deepwater-horizon et je pense que je voudrais le ravoir, car il était très pratique pour manger les miettes qui tombait de la table ps si vous lavez avec vous garder le car il est gentil mais il mord

1 réponse

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Manu

Comme toujours, Greenpeace mélange tout. Quelle relation entre la catastrophe de DeepWater et Katarina? Donnez-nous les faits, non les sentiments.

4 réponses

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.