Greenpeace relevait le sujet dans La revue du web du pétrole / édition du 18 n

Climat

Début d’une campagne de prospection offshore au large des côtes françaises

Greenpeace relevait le sujet dans La revue du web du pétrole / édition du 18 novembre : l’été dernier, l’ex ministère de Jean-Louis Borloo donnait son feu vert à une société anglaise, la Melrose mediterranean limited, pour prospecter au large de Marseille la présence d’hydrocarbures. Or la zone de recherche est toute proche du sanctuaire Pelagos, zone de protection des mammifères marins en Méditerranée.
La campagne sismique, première étape d’un long processus, débute cette semaine.

Des tests sismiques à risques

Samedi dernier, le navire Bergen Surveyor s’amarrait dans le Port de Marseille. Pendant 60 jours, ce bateau va envoyer toutes les 10 à 15 secondes des ondes acoustiques de 250 décibels sur des dizaines de kms afin de sonder le sous-sol de la concession.
Le permis « Rhône maritime Nord », concerne une zone d’exploitation de 12 500km² avec par endroits des fonds marins pouvant aller jusqu’à plus de 2 600 mètres.

Ces prospections peuvent se révéler très dangereuses pour les espèces vivants à proximité. Or, le tout proche sanctuaire de Pélagos abrite 8500 espèces animales représentant entre 4% et 18% des espèces marines mondiales. Il s’agit d’un espace maritime de 87 500 km² faisant l’objet d’un Accord entre l’Italie, Monaco et la France pour la protection des mammifères marins qui le fréquentent.
Pour suivre le trajet du navire en direct sur le site de L’association des Amis du Parc national de Port-Cros (APPoC)

La campagne sismique a pour but de révéler ou non la présence d’hydrocarbures. Si ces tests sismiques s’avéraient « satisfaisants », la compagnie pourrait procéder à des tests de forages. Lesquels tests indiqueraient s’il s’agit de gaz ou de pétrole et leur quantité. Cela pourrait, au final, déboucher sur une campagne d’exploitation qui ferait l’objet d’une nouvelle demande de permis.

Une autorisation inconcevable

Comment le gouvernement français a-t-il pu octroyer ce nouveau permis, 6 mois après la pire marée noire accidentelle de toute l’histoire dans le Golfe du Mexique (779 millions de litres de pétroles déversés)? Rappelons que si la plateforme Deepwater forait du pétrole à 1500 mètres de profondeur, la zone « Rhône-Maritime », elle, contiendrait des hydrocarbures qui se situeraient entre 1670 à 2660 mètres de profondeur !

Sortir de notre dépendance au pétrole et penser à l’après-pétrole

Selon le Potsdam Institute for Climate Impact Research, si l’on veut garder la hausse des températures en dessous des deux degrés, moins d’un quart des réserves prouvées en fossiles (pétrole, gaz et charbon, 2800 mds de tonnes CO2) peuvent être utilisées d’ici à 2050, soit 700 mds de tonnes. Nous ne pouvons donc pas brûler toutes les réserves restantes.

Les projets de pétroles non conventionnels nous conduisent droit dans le mur, vers un emballement climatique irréversible. Il nous faut dès aujourd’hui repenser notre modèle énergétique et planifier notre sortie du pétrole. Pour cela, il faut : l’arrêt des projets à hauts risques dès aujourd’hui : off-shore profond, sables bitumineux, huiles lourdes… et la sortie progressive des fossiles d’ici à 2050.

Relever le défi climatique, en sortant du pétrole, du charbon, et du nucléaire, c’est possible. Lire notre rapport [R]evolution énergétique http://bit.ly/RevolutionEnergetique





Commentaires (15)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Justine

Personne n'en parle sur les grands médias, c'est honteux, aucun avis n'est demandé aux citoyens. Sommes- nous toujours en démocratie, quand toutes les décisions se prennent en dehors de nous. Voter,payer la dette , consommer et se taire , c'est tout ce qu'on nous demande !!! Merci de rester vigilant et de nous informer..

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

poissonlune

des richesses il y en a, la mer les détient en grande partie. Aujourd'hui elle nous nourrit, demain elle nous nourrira encore, faut dire qu'on y puise de plus en plus, pour cela il faut la ménager, une pollution en méditerranée d'hydrocarbure serait très mal venue aujourd'hui. La mer et les océan appartiennent à toute l'humanité et non aux financiers et encore moins aux politiques.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Faust

Pragmatique :"Comme toute la France, les centrales nucléaire ne produisent pas en local. Du courant produit à Flamanville peut tres bien alimenter cherbourg comme perpignan." Et c'est une des raisons de nos problèmes actuels en Bretagne : une production d'électricité massive et nucléaire, concentrée dans quelques régions, et qui alimente tout un pays. Et, lorsque l'on est en bout de réseau, comme en Bretagne, des problèmes se posent... et quand on a un parc de chauffages électriques très important (le plus important d'europe si je ne m'abuse), ça devient un gros gros problème... et quand la décentralisation est au point mort, que les régions n'ont aucun pouvoir ni aucune indépendance énergétique vis à vis de l'état nucléocrate, là encore problème. Quand on sait qu'en Bretagne, on a un des plus grands potentiels éoliens d'Europe, de grandes capacités de production de biogaz, un potentiel hydrolien et marémoteur phénoménal... ça énerve...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.