Hier soir, 12 novembre, des représentants de Greenpeace France étaient en rend

Climat

Débat sur l’énergie : nous ne serons pas à l’intérieur

Hier soir, 12 novembre, des représentants de Greenpeace France étaient en rendez-vous avec Delphine Batho. Un rendez-vous que nous avions sollicité, le 10 novembre, suite à l’annonce des noms des « sages » composant le comité de pilotage du débat.

La composition du comité de pilotage nous avait alarmés : le secteur de l’entreprise est uniquement représenté sous l’angle des grands producteurs d’énergies sales, alors même que la transition énergétique concerne et bénéficie aux producteurs d’énergies renouvelables, aux PME et aux entreprises spécialisées dans les économies d’énergie.

À l’issue du rendez-vous, Greenpeace a décidé de ne pas participer au débat sur l’énergie


Le 15 novembre 2011, lors de la signature de l’accord électorale entre le PS et EELV, Greenpeace bloquait la rue de Solférino. Photo : Nicolas Chauveau. Greenpeace

L’entrevue avec Delphine Batho ne nous a pas rassurés. Aucune de nos demandes ou questions à la ministre sur l’organisation et le cadre de ce débat n’a été satisfaite, notamment l’indépendance et l’ouverture à d’autres acteurs du comité de pilotage. 

Nous avons choisi : dans ces conditions, nous ne voulons pas servir une fois de plus de « caution verte » à un débat et un processus dont on craint que les conclusions seraient déjà décidées par d’autres.

Greenpeace ne refuse ni le débat ni la discussion. Nous avons par le passé participé au Grenelle ou récemment à la conférence environnementale. Nous participons à divers organes de concertation avec les industriels notamment sur l’énergie nucléaire. Mais les résultats des 6 premiers mois de mandat de François Hollande et de son équipe nous ont fixés : nous n’avons plus confiance.

L’entêtement sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les aides aux agrocarburants, la volonté de Delphine Batho de mener à bien des travaux coûteux et inutiles sur la centrale de Fessenheim malgré l’annonce de sa fermeture officiellement programmée pour 2016 ou l’inaction pour aider au développement des énergies renouvelables sont autant de mauvais signes pour le débat sur l’énergie à venir.

Nous continuerons donc de faire campagne partout où ce sera nécessaire pour défendre notre vision de la transition énergétique … 

Commentaires (89)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
Envoyer

Jurgen

Bonjour, Nous ne sommes pas du tout d'accord avec votre comportement concernant le débat national sur l'énergie! Même si vous êtes dans la minorité, c'est important d'être là et être au courant de toutes les opinions et si nécessaire donnez un coup de frein! Faire des actions spectaculaires c'est bien!, mais dialoger avec votre adversaires et essayer de trouver des solutions raisonnable pour tout le monde c'est beaucoup mieux!!! Nous sommes très deçus dans le comportement de Greenpeace France; toujours dire NJET,NJET, c'est trop facile à notre avis. Dialoger avec les autres (et exprimer votre opinion...) et prendre une vraie responsabilité pour decisions qui sont (economiquement) realisable, raisonnable et acceptable pour tout le monde concernant par example l'energie nucleaire et OGM est le bon chemin (bon example: les verts dans le parlement!) Le monde bouge Greenpeace...., donc bouge avec le monde. p.s. pourquoi vous ne parlez pas du probleme numéro un dans le monde: la surpopulation (aussi en France)????? Un sujet très important pour la future!

monnom

"Les bons exemples ont pas besoin de parler pour prouver leur réussite." apparemment si et maintenant ils le peuvent, avant non, y avait pas assez de retour autour pour pouvoir laisser l'exemple parler maintenant y en a des retours, des retours d'exemples, des retours chiffrés depuis dix ans, ils pleuvent au compte goutte de tous les pays qui essayent des choses, et le fait est que les bons exemples mettent du temps à parler. ce qui est sûr, c'est que quelle que soit les raisons des absences, aussi bonnes fussent elles, si y a qu'un gouvernement frileux pour une transition à poser en face des divers lobbys industriels, et me^me industrie nucléaire, sans déconner, quand y a personne en face, qui discute de quoi et regarde quels exemples ? je sais pas s'il fallait y aller ou pas, mais non, les bons exemples n'ont parlé qu'à la préparation du programme EELV. pour parler aux autres, va falloir parler en vrai. et si c'est une table qu'il y a pour ça, alors autant être plus nombreux en face. la logique voudrait que s'il est question d'écologie, autant que justement, tous les acteurs soient présents, ne serait-ce que pour permettre à un gouvernement et à quelques gros industriels que peut-être y aurait à se battre un minimum avant de tout obtenir.

Christelle

Bonjour Greepeace et les militants, Je salue Greenpeace pour sa décision de ne pas participer au débat car je trouve cela courageux. Cependant, je ne suis pas certaine que cela soit une bonne chose, les avis sont d'ailleurs très partagés dans les posts : 1- Super : ne pas servir de caution verte, ne pas être dupe des belles paroles gouvernementales sans autre effet que le greenwashing de la comm du gouvernement, 2- Pas super : qui va nous représenter si vous n'y êtes pas, ces tables-rondes ne sont-elles pas aussi un moyen de faire évoluer les mentalités de ceux qui nous gouvernent ? Bref, je préfère encourager vos actions sur le terrain, là au-moins, je suis sûre que vous agissez Super Super bien ! Mes amitiés Christelle

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.