Le brise glace de Greenpeace, l'Arctic Sunrise traversant la glace dans le Svalbard. - Le MV Arctic Sunrise dans le Svalbard. Lors de l’hiver 2015 / 2016, l’extension maximale annuelle de la banquise arctique a atteint son pic le plus bas jamais enregistré. Dans le Svalbard, les fjords sont d’habitude partiellement couverts par la banquise, mais cet hiver l’archipel a été entouré par la mer. © Nick Cobbing / Greenpeace

Nos bateaux

L’Arctic Sunrise

Ironiquement, avant que Greenpeace n'acquière le MV Arctic Sunrise, celui-ci servait à chasser le phoque. Greenpeace l'avait aussi affronté alors qu'il livrait du matériel au gouvernement français pour la construction d'une piste d'atterrissage en plein milieu d'un habitat de pingouins en Arctique. Greenpeace a pourtant acheté l'Arctic Sunrise en 1995, par le biais d'une entreprise du nom d'Arctic Sunrise Ventures, car les propriétaires norvégiens du bateau ne voulaient pas le vendre à Greenpeace.

La coque est arrondie et sans quille, ce qui permet au bateau de sortir de la glace plutôt que d'être écrasé par celle-ci. Fin 1996, Greenpeace avait fini de préparer l'Arctic Sunrise pour qu'il puisse supporter les conditions glaciales de l'Antarctique. L'Arctic Sunrise a commencé sa vie à Greenpeace lors de la campagne de la Brent Spar, où il a servi à empêcher l'immersion en mer de la plate-forme.

En 1997, il a été le premier navire à contourner l'île James Ross dans l'Antarctique. Ce trajet était auparavant impossible car une couche de glace épaisse de 200 mètres reliait l'île au continent. Celle-ci s'était effritée. Ce n'était que l'un des nombreux signes annonciateurs des changements climatiques que l'Arctic Sunrise a contribué à mettre en évidence.

L'Arctic Sunrise est retourné à de nombreuses reprises dans l'Arctique pour s'opposer à Northstar, un projet de BP (British Petroleum) visant à ouvrir une nouvelle région à l'exploitation pétrolière offshore, menaçant de répandre du pétrole dans une région vulnérable et de contribuer encore plus au réchauffement planétaire.

Dans les mers australes, il s'est opposé au programme japonais de chasse baleinière prétendue scientifique et a pourchassé des navires pirates qui pêchaient illicitement des légines australes pour les ramener au plus grand port de pêche pirate de l'île Maurice. Il a ensuite continué sa route vers l'Argentine pour le Toxic Tour 1998 en Amérique latine.

Naviguer directement dans la trajectoire du missile n'a pas empêché les Etats-Unis de mener en 2000 les essais balistiques prévus dans le cadre du programme de défense "Star Wars", qui menace de déclencher une nouvelle course aux armements nucléaires. L'Arctique Sunrise a heureusement survécu à cette histoire pour en témoigner.

Spécifications

En mer : depuis 1996
Construction : 1975
Type : bateau à moteur pour la navigation maritime
Port d'immatriculation : Amsterdam
Longueur : 49,6 mètres
Vitesse maximum : 13 noeuds
Capacité : 12 (max. 30) personnes

(Crédits photographiques : © Nick Cobbing / Greenpeace)

Vous voulez agir concrètement pour changer les choses ?

Vous voulez agir concrètement pour la planète, mettre en œuvre vos compétences ou votre énergie pour une cause qui vous est chère ?

Rejoindre un groupe local
Rejoindre l’équipe salariée

Vous partagez nos convictions et souhaitez nous rejoindre ? Découvrez nos conditions de travail et nos offres d’emploi.

Travailler pour Greenpeace
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES