Le sommet de Cancun s'est achevé aujourd'hui. Il aura permis de sauver le proce

Climat

Cancun : Un grand bond pour le multilateralisme, un petit pas pour le climat

Le sommet de Cancun s’est achevé aujourd’hui. Il aura permis de sauver le processus de négociation multilatéral et international, mais pas le climat, qui reste pour le moment au bord de la route. Si certains avaient prédit la mort du processus, les gouvernements ont montré qu’ils peuvent coopérer et avancer ensemble, d’un petit pas, en direction d’un accord mondial.

La question clé du financement a progressé

Cet enjeu majeur marque un progrès : les gouvernements ont mis en place un fonds destiné à livrer les milliards dont les pays en développement ont besoin pour lutter contre les changements climatiques et la déforestation.

Mais si le fonds est acté, le mécanisme pour fournir l’argent nécessaire, lui, n’a pas été décidé… C’est donc pour le moment une coquille vide !

Une volonté de réduire les émissions liées à la destruction des forêts tropicales

Un mécanisme est adopté, qui, bonne nouvelle, prend en compte la préservation de la biodiversité et les droits des populations forestières. En l’état, le texte n’offre cependant pas toutes les garanties d’efficacité et d’intégrité environnementales : une disposition de l’accord pourrait permettre aux pays forestiers de ne sélectionner que certaines de leurs forêts, au lieu d’une approche nationale. Cette disposition risque donc de permettre de déplacer le problème de la déforestation d’une région à l’autre du pays !
Côté financement, notons que la référence au marché carbone est supprimée : une bonne nouvelle pour les forêts et le climat. Le lobby américain des énergies fossiles a donc perdu sur ce point !

Les chausse-trapes des grands pollueurs encore nombreux

Des progrès plus significatifs auraient pu être réalisés à Cancun, sans l’influence néfaste des Etats-Unis, du Japon et de la Russie. Car les déclarations de ces deux derniers pays contre la prolongation du protocole de Kyoto ont plombé le déroulement des négociations. Les Etats-Unis, quant à eux, sont arrivés à Cancun avec des engagements faibles, alors que ce sont eux qui sont, historiquement, responsables des plus grandes émissions ! Ces pays ont tiré vers le bas de nombreux volets des négociations et jeté le doute sur le potentiel de la conférence.

La France à la traîne

Elle est arrivée en retard, et les mains vides … Nathalie Kosciusko-Morizet n’a pas voulu s’associer à ses homologues européens (espagnol et portugais) qui ont annoncé à Cancun leur soutien au passage de 20% à 30% de l’objectif européen de réduction des émissions d’ici à 2020. Par cette annonce, ces deux pays rejoignent le Royaume-Uni, le Danemark, le Parlement européen, mais aussi plus d’une quarantaine d’acteurs économiques majeurs tels qu’ Unilever, Allianz, ou Google !

La France, par la voix de NKM, a choisi de freiner les ambitions climatiques de l’Europe. Cette perspective est insoutenable, et la France doit soutenir l’initiative du passage de 20% à 30% de manière inconditionnelle !

La perspective Durban

A Durban, en Afrique du Sud, dans un an, nous aurons besoin d’un accord mondial qui aide les pays à construire une économie verte et tienne les pollueurs pour responsables.
Le chemin à parcourir est encore semé d’embûches et partout, à travers le monde, la société civile doit mettre la pression sur les décideurs politiques pour de réels changements, aux niveaux nationaux, et à l’international !

Commentaires (24)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Mathilde

Un article vraiment intéressent qui décrypte très bien les méandres de la conférence de Cancun & du protocole de Kyoto! Peut être long à lire mais beaucoup plus concret à mon sens que cet article de GP! http://mobile.agoravox.fr/actualites/international/article/conference-climatique-de-cancun-l-85994 Bonne lecture à vous

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

vendredi sam

La chaleur nous a crée elle nous détruira. La terre met sa coquille opale et déjà la chaleur arrive. Certains continents sont depuis longtemps habitués à ces chaleurs extrèmes et les habitants sont déjà contraint de vivre avec le peu que le soleil seul leur donne. Ces derniers sont solides et costauds comme nos vieux néhandertaliens. Mais nous Français nous sommes élevés aux antibiotiques et autres produits dangereux insoupçonnables et surtout si l'avenir est sombre nous serons les premiers connards à y passer. Nous avons dissous dans toutes ces merdes autorisées notre patrimoine des résistances aux attaques incessantes des microbes. Pépé doit être fou dans sa tombe d'entendre tout ce merdier. VIDEOGOG !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Michel AHIZI

Il n'ya décidement rien de nouveau sur la terre. Nos dirigeants non encore rien compris de ce qui se passe et c'est vraiment domage. je ne leur en veut pas parce qu'il ne partage pas notre quotient. Pour nous Africains le climat à déjà changé, car nos parents dans les champs sont de plus en plus desemparés parce que le cycle des saisons qu'ils connaissaient et se transmettaient de père en fils dépuis des générations en aujourd'hui brisé. Le temps des semences n'est plus connus et on cultive désormais en comptant sur la chance. DIEU est cependant bon pour nous les nègres car si c'est le chaleur qui va tous nous tuer, nous les Africains seront peut être les derniers à mourir.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE