Lors du débat télévisé entre les deux finalistes du second tour, les dossier

Climat

Approximations, contre-vérités : les petites et grosses bêtises des présidentiables sur le nucléaire

Lors du débat télévisé entre les deux finalistes du second tour, les dossiers environnementaux n’ont pas été abordés. Seul sujet effleuré, en fin de ce (très long!) débat : le nucléaire. Mais les enjeux environnementaux ne se résument pas à la question nucléaire, et la question nucléaire ne se résume pas à Fessenheim !

À deux jours du second tour de l’élection présidentielle, petite revue des approximations, des contre-vérités et des vraies erreurs de nos deux présidentiables sur le nucléaire français.

Nucléaire & consensus ?

–> Nicolas Sarkozy: « Écoutez, le nucléaire depuis le général de Gaulle, François Mitterrand, Valéry Giscard D’Estaing, Jacques Chirac, ça fait l’objet d’un consensus. C’est un atout français.« 

FAUX !

Un consensus entre producteurs d’énergie et partis de gouvernement, mais sans les citoyens !

Les français n’ont jamais été consultés sur la question. En effet, aucun référendum ou consultation citoyenne n’a eu lieu en 40 ans d’existence de la filière nucléaire française … Ce qui semble d’ailleurs agacer les citoyens, 84% d’entre eux estiment n’être pas suffisamment consultée sur le nucléaire et l’énergie.

L’électricité moins chère ?

–> Nicolas Sarkozy: « Il y a 58 réacteurs, nous avons une électricité moins chère de 35 % que nos partenaires allemands.« 

FAUX !

Un coût du kilowattheure inférieur ne signifie pas nécessairement une facture moins élevée !En effet, en France, la consommation par habitant est largement supérieure, en raison d’un modèle énergétique inefficace et de nombreuses pertes en énergie.

La question importante n’est pas tant de savoir combien coûte 1 kilowattheure mais plutôt quelle quantité de kWh doit-on consommer pour se loger avec un confort de vie correct. Tout particulièrement dans un contexte économique tendu, et surtout parmi les ménages à faibles revenus !

Sûr, sûr ?

–> Nicolas Sarkozy: « Le nucléaire français est le nucléaire le plus sûr du monde, reconnu comme tel. »

FAUX !

–> Nicolas Sarkozy semble oublier, dans son élan de patriotisme économique, que la technologie utilisée en France n’a rien d’exceptionnel… c’est la copie d’une licence américaine de la société WestingHouse.

–> Nicolas Sarkozy: « Il n’y a aucune raison de fermer le nucléaire en France. Depuis que le nucléaire existe, nous n’avons jamais connu un accident grave.« 

FAUX !

La France a connu, en 1969, un accident, classé au niveau 4 sur l‘échelle INES, à la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux. Niveau 4 ? Accident (n’entraînant pas de risque important à l’extérieur du site) / Endommagement important du réacteur ou des barrières radiologiques, ou exposition létale d’un travailleur.
Et André-Claude Lacoste l’a dit et répété : l’Autorité de Sûreté Nucléaire ne peut garantir qu’il n’y aura pas d’accident nucléaire en France.

Enfin, notons que 1.107 incidents nucléaires ont été recensés en France en 2010 par l’ASN

–> Nicolas Sarkozy: « Juste un mot, les centrales nucléaires en Suisse, où les gens ne sont pas connus comme des gens qui aiment le risque, ont 60 ans, donc le problème n’est pas l’âge.« 

FAUX !

Encore une fois, Nicolas Sarkozy se trompe.

A ce jour, le réacteur qui a fonctionné le plus longtemps a été fermé au bout de 46,5 années au Royaume-Uni.

En Suisse, il y a 5 réacteurs nucléaires, répartis dans 4 centrales. Le plus ancien des réacteurs a été mis en service en 1969 dans la centrale de Bezna cela fait donc 43 ans en 2012, et non 60 ans comme l’affirme Nicolas Sarkozy.(source base de données PRIS de l’AIEA)

L’emploi ?

–> Nicolas Sarkozy : « C’est 240 000 emplois. C’est un avantage considérable pour notre industrie et pour nos compatriotes.« 

APPROXIMATIF !

240 000 c’est le chiffre d’emplois directs ET indirects du nucléaire… Pas ceux de l’industrie elle même. Ceci dit, réjouissons nous que le candidat président retienne ce chiffre, plutôt raisonnable en comparaison de ceux avancés par ses proches !

Comme Henri Proglio : « 1 million d’emplois seraient mis en péril et cela coûterait entre 0,5 et 1 point de PIB » , en novembre 2011. Ou Xavier Bertrand : « 400 000 emplois directs seront supprimés si l’accord entre les Verts et le PS voit le jour […]400 000 supprimés là, et en plus, un  million avec l’ensemble de la filière », jeudi 17 novembre, sur France Info

–> François Hollande : « Il faut savoir que l’Allemagne a 230.000 emplois dans les énergies renouvelables, nous seulement 50.000, donc il y aura une réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité« .

APPROXIMATIF !

C’est encore plus que cela.

En 2009, le gouvernement allemand chiffrait à 340 000 le nombre d’emplois consacrés aux énergies renouvelables, dont 102 000 pour l’éolien, 128 000 pour la biomasse et 81 000 pour le solaire3.

En 2010, les estimations faisaient état de 370 000 emplois, avec un développement très rapide du marché, le nombre d’employés ayant dans le secteur ayant doublé depuis 2004. Ce secteur employait alors 160 500 personnes.

Fessenheim ?

–> Nicolas Sarkozy: « Fessenheim avec 30 ans d’âge, figurez-vous, est plus sûr que quand Fessenheim a été inauguré.« 

–> François Hollande: « Nous aurons pendant mon quinquennat et le nucléaire et le renouvelable puisqu’il y aura une centrale qui fermera. Par ailleurs, vous savez que j’ai accepté, et ce n’était pas facile, de prolonger le chantier de l’EPR, chantier qui est quand même extrêmement lourd, qui a connu un certain nombre de vicissitudes« .

MATCH NUL : les deux candidats se trompent sur Fessenheim

Et oui, Nicolas Sarkozy : les centrales nucléaires, ça n’est pas comme le vin, ça ne se bonifie pas avec le temps !

La centrale de Fessenheim a déjà 35 ans. Une voiture qui atteint les 200 000 km ne sera jamais plus sûre qu’une voiture neuve… Et il en est de même pour les centrales nucléaires. Certaines pièces des réacteurs peuvent être changés comme les générateurs de vapeur, particulièrement sensibles, mais d’autres pièces majeures pour la sûreté ne peuvent pas l’être c’est notamment le cas de la cuve du réacteur et de l’enceinte de confinement qui contient cette cuve…

Quant à François Hollande, il ne sait pas compter :

Il est impossible de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans le mix électrique à l’horizon 2025 en ne fermant qu’une seule centrale nucléaire et surtout en mettant en service le réacteur EPR en construction à Flamanville. L’équation de François Hollande ne tient donc pas.

Risque nucléaire : ils ne voient rien, ils… par gpfrance

L’ASN ?

–> Nicolas Sarkozy : C’est l’autorité de sécurité qui doit dire si on peut continuer ou si on ne peut pas continuer.

FAUX

L’instance de contrôle qu’est l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) joue un rôle central dans la mesure où elle vérifie si les règles en matière de nucléaire sont respectées.

Mais d’une part il existe une différence majeure entre « sûreté » et « sécurité » dans le nucléaire.

En termes de « sécurité » : risques extérieurs, attaques etc… l’ASN n’a malheureusement aucune compétence, contrairement à ce que semblait penser François Hollande interrogé sur le sujet le 2 mai au matin.… Aucune autre structure du reste, n’a cette fonction, ce risque n’est tout simplement pas envisagé !

D’autre part, en matière de sûreté (gestion des installations, de leur état…), compétence de l’ASN, si celle-ci participe à l’élaboration d’un certain nombre de ces règles, force est de constater qu’elle ne maîtrise pas l’ensemble des règles du jeu. Un certain nombre de décrets, d’arrêtés ou autres décisions relèvent du politique et l’ASN n’a pas son mot à dire. Il est trop facile de se défausser sur l’ASN en particulier et les experts en général. Et de leur faire porter une responsabilité éminemment politique.

Les renouvelables ?

–> Nicolas Sarkozy: « Deuxièmement, fermer Fessenheim, c’est 8 000 éoliennes en Alsace pour remplacer Fessenheim. Il ne nous faut pas le nucléaire ou le renouvelable, il nous faut le nucléaire et le renouvelable. »

FAUX !

Cette comparaison est caricaturale. Parce que la centrale de Fessenheim ne produit pas l’électricité d’Alsace : le système électrique français est centralisé et l’énergie voyage, y compris hors de nos frontières. Ce raisonnement géographique ne tient pas la route. Mais d’autre part parce qu’il ne s’agit en aucun cas de remplacer les centrales nucléaires uniquement par des éoliennes, mais bien par un mix d’énergies renouvelables et d’économies d’énergies.

Energies : il est temps de changer ! par gpfrance





Commentaires (69)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

mistral

Ce que disent les politiques au sujet du nucléaire n'a pas vraiment d'importance en soi dans la mesure où nous savons qu'en période éléctorale tout est bon pour servir leur cheval de bataille et que, comme ils nous prennent pour des ignards, ils ne prennent même plus la peine de vérifier leurs informations. Du moment qu'ils l'ont entendu à la télévision la majorité avale toute cette soupe sans même se poser de questions. Lorsque je lis des commentaires disant que le nucléaire français est le plus sur au monde (à croire que tous les autres pays qui l'utilisent sont totalement sous dévellopés) et qu'il n'y a aucune raison de fermer de centrales car nous n'avons jamais eu d'accident grave cela me fait frémir. Alors quoi, il faut attendre que toute une partie de notre pays soit dévasté pour des milliers d'années pour penser à fermer ces usines à mort. Un million de morts à Tchernobyl, le risque d'une pollution mondiale jamais vu et la disparition de toute forme de vie au Japon si la piscine du réacteur n°4 (et oui ce n'est pas fini plus d'un an après et les barres de combustibles qu'elle contient malgré son état ne seront retirés que dans 3 ans au mieux), des enfants nés avec des handicapes jamais vu avant, des déchets enterrés un peu partout et qui sont la cause de nombreuses maladies etc...etc...ça ne suffit pas ? Qu'est-ce qu'il vous faut pour comprendre que c'est une énergie dangereuse parce qu'incontrôlable une fois que le machine s'emballe, qu'une centrale pète juste à côté de chez vous ? Bien sûr vous ne voulez pas être privé de tout votre petit confort et vous vous asseyez sur les générations futures comme si l'univers tout entier vous appartenait mais il faut faire attention parce qu'un soir on s'endort tranquillement et un matin on se réveille au milieu d'un cauchemard. Vous vous imaginez quoi ? Que l'on va pouvoir continuer à consommer à tout va comme si de rien n'était, que vous ne verrez rien de tout cela et qu'après tout après moi le déluge et bien le réveil risque d'être violent et bien difficile d'autant plus qu'à force de ne plus faire d'effort on finit imanquablement par devenir des faibles. Cela me fait penser à ces gens qui quittent un logement en laissant leur crasse à nettoyer au suivant, bien sur ils ne respectent pas les autres mais ils ne se respectent même pas eux même. Vous faites le jeu de tous ces politiques qui nous manipulent si habilement par le biai des médias et ils auraient tord de s'en priver puisque la majorité avale tout ce qu'on lui sert et obeit servilement sans broncher. Réveillez vous donc si vous ne voulez pas que la réalité vous réveille. Cela fait des dizaines d'années que ces politicards nous mentent et cela fait des années que nous ronchonnons sans agir, ceux de droite tapent sur ceux de gauches (ça occupe) et ceux de gauche tapent sur ceux de droite et qu'est-ce qui a avancé : RIEN. Vous attendez quoi qu'ils vous apportent des solutions mais vous n'avez donc pas encore compris que vous n'êtes rien à leurs yeux et qu'ils ne font appellent à vous que lorsqu'ils ont besoin d'asseoir leur pouvoir. Comment pouvez-vous encore leur faire confiance. Ouvrez les yeux on ne vous dit que ce que l'on a envie de vous dire pour le reste c'est à vous de vous bouger et d'essayer de comprendre, c'est à vous d'ouvrir les yeux au lieu de vous laisser endormir par leurs belles paroles. Ce n'est pas QUE le nucléaire qu'il faut éradiquer mais c'est également tout un système qui fait de nous de bons moutons qui bèlent bien forts mais qui finissent toujours par rentrer dans leur petite étable confortable jusqu'au jour où un camion arrive en direction de l'abbatoir.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Greenisjustacolor

A ceux qui ont la possibilité de faire gagner un député du front de gauche, notre programme : En parallèle des modes de production, nous favoriserons la maîtrise publique de l’Energie, des transports, de l’eau et des assainissements pour une transition écologique favorisant la vie. Pour ce faire : 1 – Nous créerons un pôle 100 % public de l’énergie et abrogerons les lois de libéralisation de l’énergie. Nous proposerons un débat public national immédiat sur la politique énergétique en France qui se terminera par un référendum qui permettra de trancher sur la question du nucléaire. Sans attendre, toutes les opérations de maintenance et de sûreté nucléaire seront réinternalisées. Parallèlement nous mettrons en place une tarification sociale et progressive qui assure l’accès à l’énergie de toutes et de tous. 2 – Afin de relocaliser l’économie et lutter contre les gaz à effet de serre nous lancerons une nouvelle politique de transport. Ainsi nous mettrons en place un Pôle national des transports publics favorisant le développement des transports collectifs et leur accès par toutes et tous. Une taxe kilométrique ainsi qu’un prélèvement sur les réimportations de production délocalisées sera instaurée et le ferroutage favorisé. 3 – Contre la marchandisation des biens communs et des ressources naturelles. Nous défendrons résolument le droit inaliénable à l’eau comme bien commun de l’humanité en engageant un processus d’appropriation sociale de la gestion de l’eau et de l’assainissement. Après débat citoyen, les collectivités pourront décider la gratuité des mètres cubes nécessaires à la vie, la facturation progressive des mésusages ou encore des tarifs différenciés entre les ménages et les industriels. L’Etat pour sa part établira des tarifs d’accès égaux au m3. 4 – Enfin nous allongerons les garanties légales des biens de consommation pour favoriser un usage à long terme des produits et développerons les consignes pour que l’usager ne paie plus le prix des emballages. Conjointement, nous lutterons contre l’aliénation consumériste en limitant la publicité dans l’espace public et sur toutes les chaînes de télévision.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Greenisjustacolor

Les ministres écologistes vont-ils quitter le gouvernement ? L'Etat de grâce n'aura pas duré longtemps : lundi 11 juin 2012, moins d'un mois après son investiture, François Hollande a bafoué toutes les valeurs de la gauche et de l'écologie. En effet, recevant le Président du Niger M. Issoufou, le nouveau Président de la République s'est prononcé pour l'exploitation par Areva, qui plus est avant même la date prévue de 2014, de la mine géante d’uranium Imouraren au Niger (*) Il s'agit là d'une claire perpétuation des mécanismes de la Françafrique, pour le plus grand profit du lobby nucléaire (Areva) et au détriment de la démocratie en Afrique. Il est d'ailleurs édifiant de rappeler que le Président Issoufou est un ancien directeur d'une société d'exploitation de l'uranium, la Somaïr, filiale d'Areva ! http://blogdejocelyne.canalblog.com/archives/2012/06/12/24479147.html

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE