Anne-Marie Vergez, 53 ans, patron pêcheur du Nahikari (Désir en basque), est l

Océans

Anne-Marie, patron-pêcheur à Saint-Jean-de-Luz

Anne-Marie Vergez, 53 ans, patron pêcheur du Nahikari (Désir en basque), est la seule femme à exercer ce métier à Saint-Jean-de-Luz. Oui, après vérification, on dit aussi « patron pêcheur » pour une femme…
Anne-Marie a choisi ce métier, il y a 20 ans. Elle se bat aujourd’hui pour faire entendre la voix des artisans pêcheurs, absents des grandes négociations internationales.

Anne-Marie pêche à la palangre. Une palangre comprend une ligne principale sur laquelle sont attachés de place en place des bas de ligne ou avançons garnis d’hameçons appâtés. Cet engin de pêche peut donc être assimilé à une succession de lignes disposées à intervalles réguliers et mouillées pour quelques heures. Cette technique de pêche traditionnelle est considérée comme l’une des plus anciennes: avant d’être adaptée sur un bateau, elle était utilisée sur les grèves, notamment sur celles à marée.

Anne-Marie est une femme. Elle a un petit bateau. Elle assume ses différences, et en fait une force. Elle se bat, pour un seul objectif : Les décisions au niveau français et européen doivent prendre en compte les petits métiers de la pêche, seuls capables de la pérenniser. Elle veut faire entendre la voix des petits lors de la renégociation de la Politique commune de la pêche de l’Union européenne.

Anne-Marie, comme Guy et comme Gwen, est persuadée qu’une autre pêche est possible. Une pêche d’avenir, basée sur la sélectivité de la ressource (la méthode de pêche ne prend que ce dont le pêcheur a besoin pour stopper les rejets), basée sur des entreprises dans lesquelles le pêcheur est investi, en étant propriétaire de son bateau, basée sur le respect de la ressource en poison (saisonnalité de pêche, zones de réserves)..

Et vous, et nous, consommateurs, citoyens, que faire ?

D’abord, porter leurs voix au niveau européen, en signant la pétition de FishFightFrance

Puis en n’achetant pas de poissons plus petits que la taille autorisée (par exemple le bar : 36cm, le maquereau: 20cm, le marbré : 20cm, le sar : 25cm). En privilégiant la qualité plutôt que la quantité : plutôt que de manger des filets de poissons blancs surgelés ou du poisson d’élevage, réduisez votre consommation mais faites vous plaisir en choisissant un poisson de qualité, pêché localement comme le Merlu de ligne du Golfe de Gascogne ou le bar de ligne de Bretagne. En discutant avec votre poissonnier : pour savoir d’où vient le poisson et comment il a été pêché, la seule indication « Atlantique Nord Est » par exemple ne vous donne pas assez d’information, réclamez-les au poissonnier ! Dans les zones littorales, il est possible d’acheter le poisson des bateaux des pêcheurs artisans sur le marché, directement auprès d’eux.





Commentaires (23)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Seb du 132

oups, erratum : "repose quasi-exclusivement sur les dons de ses adhérents (graphiques 5 et 6) "

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Seb du 132

Bonjour Justine, Tout d'abord je corrige votre lien car il ne fonctionnait pas : http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Peche.-Les-gros-sous-du-lobbying-ecologiste_39382-2131505_actu.Htm puis je vais procéder à quelques commentaires. Je ne suis pas un spécialiste, mais la lecture du rapport reste accessible. Ce rapport explique que les grosses ONG oeuvrant pour la protection des océans seraient majoritairement financées par des fondations américaines dont le but final serait de parvenir à un système de marché sur les quotas de pêche, équivalent au marché du carbone en quelque sorte. On imagine facilement les désastres d'un tel système, avec les grosses entreprises rachetant les quotas aux petits patrons pêcheurs, signat leur arrêt de mort. Les ONG seraient en cela manipulées, ou même manipulatrices, pour arriver aux fins de ces fameuses fondations. Soit. Or Ce dossier est extrêmement trompeur sur le cas de Greenpeace : en effet, il est cité à plusieurs reprises, assimilés aux autres ONGs du rapport (WWF, Oceania, MSC, etc..) mais il ne reçois AUCUN financement des fondations américaines (graphique 2). En effet, selon leurs tableaux, Greenpeace repose quasi-exclusivement sur les dons de ses adhérents (graphiques 3 et 4). Ce rapport est donc un bel ouvrage de désinformation et de discrédibilisation, et le journaliste de Ouest-France a mal fait son travail en ne lisant le rapport qu'à moitié et en accusant Greenpeace. Voilà, j'espère que cela peut vous rassurer quant aux actions que peut mener GP, qui au contraire s'est toujours battu pour la sauvegarde de la pêche artisanale. Sébastien.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Emmanuel

Bonjour, Je heureux de lire cet article, en effet nous vivons presque les mêmes problèmes en Afrique ou je me trouve particulierement au Gabon, il y'a des lois mais pas de suivi contre les bateaux de peche chinois. Cette femme est porte parole des communautes de pecheur artisant

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE