Rejoignez le mouvement !

Non aux écrans vidéos publicitaires dans Paris

Déjà signatures !
 

Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. L’exercice de vos droits, dont la désinscription, est possible à tout moment, voir notre page "Droit des Personnes".

Alors que les économies d'énergie et la chasse au gaspillage devraient être une priorité, des écrans publicitaires numériques menacent de fleurir dans les rues de Paris. Signez la pétition pour dire non aux écrans de pub dans la capitale !

10 bonnes raisons de dire NON aux écrans vidéos publicitaires :

1. Un écran vidéo publicitaire consomme autant d'énergie que trois familles.

La consommation d'un écran vidéo publicitaire est jusqu’à 15 fois supérieure à celle d'un panneau avec une affiche papier rétroéclairée (JC Decaux). Cela revient à la consommation de 3 familles par an, hors chauffage (NégaWatt).

2. Les écrans vidéos publicitaires sont incompatibles avec le Plan Climat de Paris.

Dans son Plan Climat Air Energie territoriale, la ville de Paris s’est engagée à réduire de 50 % sa consommation énergétique à l’horizon 2050. Elle a même déclaré "la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas"… Cet engagement est incompatible avec le déploiement de ces dispositifs énergivores.

3. Les écrans vidéos publicitaires sont des sources de consommation superflues qui contribuent au gaspillage de l'électricité.

RTE classe les écrans publicitaires parmi les sources de consommations "superflues" et "non prioritaires" d'électricité. Les éteindre fait partie des leviers à notre disposition pour ne pas avoir à allumer de centrale à charbon en période de pic de consommation d’électricité.

4. La lumière bleue des écrans est toxique pour la rétine, notamment celle des enfants.

Selon l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), la lumière bleue perturbe les rythmes biologiques et peut causer diverses pathologies, dont insomnie et migraine.

5. Les écrans vidéos génèrent une pollution lumineuse qui menace la biodiversité.

Selon une étude 2017 de DarkSkyLab, les panneaux publicitaires numériques aggraveraient fortement le problème de pollution lumineuse à Paris. Or cette pollution lumineuse est nocive pour la biodiversité car elle perturbe les cycles de vie des plantes et des animaux. Elle entraîne, entre autres, la désorientation des oiseaux, et c’est même la deuxième cause de mortalité chez les insectes (ce qui met en danger la fructification et la reproduction de la flore). La Mairie de Paris s’est pourtant engagée à réduire les nuisances lumineuses (dont les enseignes lumineuses commerciales) dans son Plan Biodiversité...

6. La fabrication des écrans vidéo publicitaires est très polluante et exploite les populations locales dans des conditions de travail indignes.

La fabrication de ces écrans implique l'extraction et le raffinage de terres rares, et des rejets toxiques de métaux lourds, acide sulfurique et d'uranium dans l'environnement. C'est lourd de conséquences pour les écosystèmes locaux et les populations exposées."

7. Les écrans vidéos publicitaires en fin de vie créeront des déchets électroniques et plastiques difficiles à recycler.

Les écrans publicitaires ont une durée de vie limitée et contiennent de très nombreux composants électroniques et plastiques difficiles à recycler. Il existe un risque important que ces déchets ne soient pas valorisés. C'est en contradiction avec les engagements pris par la Mairie de Paris dans son Plan Climat Air Energie territoriale, pour réduire son empreinte sur les ressources naturelles et atteindre l’objectif zéro déchets non-valorisés.

8. Les écrans publicitaires vidéo imposent leurs messages de façon agressive et incitent à la surconsommation.

Parce qu’ils sont animés et lumineux, ces écrans captent l’attention de manière agressive. Il devient impossible d’éviter leur message. Cela ne respecte pas la liberté du citoyen, puisqu’il y est soumis qu’il l’ait choisi ou non. La Mairie de Paris serait irresponsable de cautionner cette incitation permanente à céder à l’achat impulsif. Les soldes de la "fast-fashion" ou encore les achats de high-tech durant le Black Friday sont des comportements aberrants, sources de déchets massifs, de pollution et de production de gaz à effet de serre, à l’impact sociétal et environnemental dramatique.

9. Une image animée au bord de la route distrait les conducteurs et menace la sécurité de tous.

Selon le groupe technique Sécurité routière de la CEDR (Conférence Européenne des Directeurs de Route), la distraction d’un conducteur pendant plus de 2 secondes génère 7 fois plus de risques d’accident.

10. Pour une ville agréable à vivre, plantez plutôt des arbres, pas des pubs !

La municipalité de Grenoble a fait le choix de supprimer les pubs de ses rues et de planter des arbres à la place. Les motivations du Maire ? Améliorer la qualité de vie, créer une ville apaisée et donner plus de place à l’affichage libre, en réservant des espaces aux associations et aux acteurs culturels, pour favoriser la vie de quartier.

 

Les discussions en cours au sein du Conseil de Paris laissent craindre le pire : depuis novembre 2017, une révision du Règlement Local de Publicité (RLP) est engagée. Officiellement, il s'agit de permettre le recours « aux nouvelles technologies, dont les écrans numériques ». Or, depuis 2011, ce règlement interdit formellement les panneaux publicitaires numériques dans les rues de Paris. Une interdiction logique et indispensable, car ces écrans sont polluants, énergivores et totalement superflus.

L'interdiction des écrans publicitaires numériques ne doit pas être remise en cause. Leur autorisation serait incompatible avec les engagements climatiques et environnementaux pris par la Ville de Paris et enverrait un signal politique désastreux à l’heure où les Parisiennes et Parisiens se mobilisent massivement contre la crise climatique et écologique.

Nous comptons sur vous pour atteindre notre objectif de 5 000 signatures : dès ce seuil atteint, nous remettrons publiquement cette pétition aux candidat·es à la Mairie de Paris (les élections municipales auront lieu en mars 2020 et la modification du RLP sera réalisée par les futur·es membres du Conseil de Paris) pour leur demander de s’engager formellement à maintenir l’interdiction d’installer des écrans numériques publicitaires dans les rues de Paris.

Merci pour votre soutien.
Sincèrement,

Les Groupes locaux de Greenpeace Paris, avec le soutien de :

Agir pour l’Environnement,
Alternatiba Paris
Amis de la Terre Paris
Collectif Plein La Vue
France Nature Environnement Ile de France
France Nature Environnement Paris
Lève les yeux
MAN Ile de France
Paysages de France
Réseau Action Climat (RAC)
Réseau Sortir du Nucléaire
Reseau des Etudiants Francais pour l’Environnement et le Développement Durable (REFEDD)
Résistance à l’Agression Publicitaire Paris
Sortir du Nucléaire Paris

Vous voulez soutenir une agriculture durable ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions pour promouvoir l'agriculture écologique en faisant un don !

Signez nos pétitions

Faites entendre votre voix en signant nos pétitions

VOIR LES PETITIONS
Vous voulez nous aider à lutter contre le réchauffement climatique ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique en faisant un don !