Rejoignez le mouvement !

Benoît Hamon
Parti Socialiste

Publié le 06 mars 2017 - mis à jour le 29/03/2017

Avec la victoire de Benoît Hamon à la primaire du parti Socialiste, l’écologie a gagné du terrain au sein du parti. Il faut dire qu’elle partait de loin si l’on regarde dans le rétroviseur le quinquennat finissant. L’élection de François Hollande en 2012 avait suscité beaucoup d’espoirs sur les questions environnementales. Et pourtant il aura été celui des occasions manquées. Une loi est venue fixer un objectif nouveau de réduction de la part du nucléaire mais le gouvernement n’a pas été capable de fermer une seule centrale. L’Accord de Paris a été un moment historique dans la lutte contre le dérèglement climatique mais le projet anachronique de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est toujours d’actualité et notre pays est toujours à la traîne dans le développement des renouvelables.

Candidat du PS, Benoît Hamon porte une partie de cet héritage même si son discours sur la transition écologique se montre plus ambitieux et volontaire. Son accord avec le candidat d’EELV, Yannick Jadot, a musclé encore son engagement pour l’environnement.

Vers une sortie du nucléaire ?

Dans son programme relatif à l’environnement, Benoît Hamon propose de diminuer la part du nucléaire à 50% en 2025, ce qui est déjà prévu par la loi, et de faire monter celle des renouvelables à 50%. Il s’agit d’une ambition plus forte que celle de François Hollande puisque la loi de Transition énergétique propose 40% d’énergies renouvelables dans le mix électrique. Depuis le ralliement de Yannick Jadot à Benoît Hamon et la conclusion d’un accord électoral, un autre cap s’est ajouté au programme du parti socialiste : celui d’une sortie complète du nucléaire “ à l’horizon d’une génération, soit 25 ans” et “une France 100% renouvelables en 2050”. L’accord avec les Verts mentionne également que les premiers réacteurs devront fermer pendant la prochaine mandature. Benoît Hamon a même précisé que cela impliquerait la fermeture de 10 réacteurs pendant son quinquennat s’il était élu, et notamment Fessenheim. C’est un bel engagement mais nous ne sommes pas naïfs pour autant. Déjà en 2011, un accord entre le PS et EELV avait fixé la fermeture de nombreux réacteurs mais le quinquennat de François Hollande est sur le point de s’achever sans qu’aucun réacteur n’ait été fermé. Pour donner du crédit à cet accord conclu en février dernier, il est indispensable qu’un plan précis de mise en oeuvre soit communiqué aux électeurs.

Nous regrettons, en revanche, que Benoît Hamon ne souhaite pas mettre fin au chantier de l’EPR de Flamanville sous prétexte que ce chantier a déjà coûté beaucoup d’argent. Pour Greenpeace, il est clair que ce chantier doit être stoppé immédiatement afin de cesser de gaspiller des fortunes d’argent public dans ce cauchemar industriel.

Fixer un cap de sortie du nucléaire est une très bonne chose, tant cette énergie est coûteuse, dangereuse et entraîne EDF dans une faillite financière. Mais Il ne faut pas que le candidat du PS se contente de fixer un objectif. Il faut également qu’il explique concrètement comment il compte l’atteindre, par quels mécanismes et dans quel calendrier.

Benoît Hamon veut faire jouer à EDF un rôle clé dans la transition énergétique en France. Ainsi, le candidat dit que l’Etat doit pousser EDF “à renforcer ses recherches sur la production et le stockage d’énergies renouvelables. Plutôt que de privilégier le nucléaire, EDF accompagnera la décentralisation de la production d’énergies vertes.” Oui, la stratégie suivie par EDF conditionne en grande partie la réussite de la transition énergétique en France. Selon nous, EDF doit complètement changer de cap industriel. Cela signifie l’abandon de son programme nucléaire et des investissements massifs dans les capacités de production renouvelables. Mais comment le candidat compte t-il s‘y prendre pour piloter EDF vers la mise en oeuvre de la transition énergétique et lutter contre “la formidable efficacité de lobbying de l’industrie nucléaire”qu’il dénonce ? Il ne le dit pas.

A propos du nucléaire toujours, l’accord entre Benoît Hamon et Yannick Jadot prévoit de mettre fin au projet d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure et de stocker ces déchets en l’état “en sub-surface”. Ce serait une très bonne nouvelle tant ce projet comporte de nombreuses failles.

Concernant les énergies fossiles, Benoît Hamon souhaite en sortir complètement en 2050 et veut également la fin progressive des investissements publics dans les énergies polluantes. Très bien ! Mais comment fait-on ? Il est difficile pour les électeurs de se fier à une telle promesse si le candidat ne livre pas plus de détails sur les moyens d’y parvenir.

Le candidat du parti Socialiste a également déclaré au cours de sa campagne vouloir conserver l’interdiction sur l’exploitation des gaz de schiste et stopper le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, des propositions dont nous nous félicitons.

 

Pour la sortie du diesel

Benoît Hamon propose de “sortir du diesel à l’horizon 2025” pour lutter contre la pollution de l'air en mettant notamment fin à l'avantage fiscal au diesel et en interdisant la mise en circulation de nouveaux véhicules diesel neufs en 2025. Il porte également différentes mesures visant à encourager le développement des véhicules électriques. Cette position pour la sortie du diesel ouvre des perspectives intéressantes, même si l’on peut regretter que rien ne soit dit à ce stade sur la nécessité d'améliorer l'ensemble des véhicules thermiques en matière de niveaux d'émissions et de pollution, de repenser plus globalement notre système de mobilité et de transports et de développer les alternatives au tout-voiture (y compris aux véhicules essence) - rien n'est dit par exemple, ou très peu, sur les transports en commun et le vélo. On regrette également que le candidat Hamon ne revienne pas sur le DieselGate et les mesures à prendre à cet égard.

On relève en revanche plusieurs autres propositions positives. Il s'engage ainsi pour la mise en oeuvre de la taxe carbone et pour la redistribution des recettes générées en faveur des ménages et de la transition écologique. Il défend également le maintien du maillage du réseau ferroviaire, et propose de le densifier en ouvrant certaines lignes et gares aujourd'hui non utilisées.

 

Beaucoup de bonnes mesures concernant la transition agricole

Le programme de Benoît Hamon concernant l’agriculture est plutôt ambitieux : il entend, d’un côté, réduire l’usage des pesticides chimiques et, de l’autre, favoriser par différents moyens l’agriculture biologique en France. Ces propositions vont nettement plus loin que celles du candidat Hollande en 2012.

Concernant les pesticides tout d’abord, l’accord Jadot-Hamon prévoit que “l’interdiction des pesticides et des perturbateurs endocriniens sera votée”. Benoît Hamon précise dans son programme : “J’appliquerai le principe de précaution : je retirerai les autorisations de tous les pesticides dangereux et j’interdirai l’importation des denrées alimentaires utilisant une substance interdite en France.” Cette promesse, que Benoît Hamon propose également de porter au niveau européen, va dans le bon sens. En revanche, le candidat n’explique pas comment il compte s’y prendre pour établir une telle mesure et passer outre le poids des lobbies. Il parle également d’un remplacement « progressif » des pesticides «par des alternatives», ce qui devrait s’accompagner selon nous, de plus de recherches à ce sujet – ce dont Benoît Hamon ne parle pas.

Oui, les Français-e-s doivent être mieux protégé-e-s face aux risques des pesticides sur la santé qui menacent en premier lieu les agriculteurs et leur familles. L’agriculture française est particulièrement gourmande en produits phytosanitaires et il faut que cette addiction nocive cesse. C’est un changement de modèle qui est nécessaire : abandonner l’agriculture industrielle et productiviste pour aller vers l’agriculture écologique. C’est là où l’on a du mal à voir comment, concrètement, Benoît Hamon aborde ce changement en profondeur. Quelles réformes de la recherche publique, de l’enseignement agricole ou encore des chambres d’agriculture ? Nous attendons une volonté de changement plus radicale.

Concernant la promotion du bio, Benoît Hamon vise “le développement intensif du bio dans la restauration collective durant la mandature” et l’approvisionnement des cantines scolaires “à hauteur de 50% en bio d'ici à 2025”. Il souhaite aussi faire de la Politique Agricole Commune (PAC) “un outil puissant de soutien à la conversion des exploitations agricoles vers la durabilité et l’agriculture biologique.” Une nouvelle fois, cet objectif est dur à juger tant qu’il n’est pas accompagné de propositions plus concrètes sur sa mise en oeuvre.

Benoît Hamon n’oublie pas la production : il souhaite ainsi “faciliter l’installation des jeunes agriculteurs qui souhaitent convertir des exploitations en fermes bio ou agro-écologiques”. Il propose également d’organiser un Grenelle de l'alimentation et de l'agriculture dès la première année de son mandat qui traiterait notamment de la maîtrise du foncier agricole. La question de l’accès aux terres agricoles est, en effet, un enjeu crucial: de nombreux nouveaux agriculteurs ont beaucoup de mal à s’installer car il n’y a souvent pas de terres disponibles. Pour Greenpeace, si l’on souhaite développer le bio et l’agroécologie, il est indispensable de favoriser l’accès au foncier pour les jeunes agriculteurs qui pratiquent ce modèle-là. Benoît Hamon propose pour cela la création d’un Conservatoire des terres agricoles ainsi qu’un « accompagnement de la loi foncière ». Nous pensons que cette proposition est trop floue pour permettre aux électeurs de se faire un avis éclairé sur ce sujet.

 

Une remise en cause de la croissance qui doit se traduire en actes

Dans son programme, Benoît Hamon considère que la “course effrénée à la croissance n’a pas de sens dans un monde où les ressources naturelles sont finies” et qu’il faut cesser de sacrifier la planète et notre santé “pour cette croissance qui ne vient pas”. Pour le candidat, “l’eau, l’air et la terre, ainsi que la biodiversité, sont ces biens communs que nous devons protéger contre toute dégradation ou risque de captation privée.”

Le candidat a notamment mentionné sur TF1 que la déforestation est l’un des symptômes de cette course effrénée à la croissance… C’est l’un des rares candidats à mentionner publiquement ce problème effectivement majeur à nos yeux et nous saluons sa prise de position. Benoît Hamon a également mentionné l'huile de palme comme cause de la déforestation.

Nous apprécions ce discours qui prend nettement ses distances par rapport à la croyance aveugle dans les bienfaits d’une croissance économique infinie sur une planète aux ressources finies. Notre modèle de croissance conduit à l’épuisement de nos ressources naturelles et à la paupérisation des populations vulnérables. L’avenir passe par plus de modération dans notre appétit de consommation et par un modèle économique durable. Un modèle économique que Benoît Hamon ne décrit pas suffisamment à nos yeux pour donner une crédibilité forte à son discours engagé. Le refus de Benoît Hamon de ratifier les traités commerciaux TAFTA et CETA va cependant dans le bon sens. Pour nous, ces traités mettent en péril l’intérêt général en voulant affaiblir les normes sociales et environnementales au profit des intérêts économiques des entreprises multinationales.

 

Une augmentation incompréhensible et incohérente des dépenses militaires

Benoît Hamon veut "poursuivre le renouvellement et la modernisation" de la dissuasion nucléaire française et porter à la fin de son mandat le budget de l’Etat pour la défense et la sécurité intérieure à 3 % du Produit Intérieur Brut. Ces propositions ont de quoi nous surprendre pour un candidat qui plaide pour une “République bienveillante et humaniste”. Une telle augmentation servira-t-elle à relancer une dangereuse course aux armements ? Quid du rôle de la France qui pourrait au contraire plaider pour la négociation d’un désarmement nucléaire, comme elle s’est engagée à le faire aux termes du Traité de non-prolifération ou comme une majorité de pays de l’ONU - à l’exception des puissances nucléaires - souhaite le faire dans le cadre des négociations sur l’élimination des armes nucléaires ?

Newsletter présidentielle 2017 : abonnez-vous !

Inscrivez-vous à notre newsletter pour tout savoir de l'enVert du décor présidentiel.
Au programme : décryptage, invités, participation citoyenne et interventions décalées.