- © Christian Braga / Greenpeace

Forêts

Déforestation : les cargos du chaos

Forêts

Chaque année, des dizaines de cargos aux proportions monstrueuses arrivent dans les ports français pour déverser du soja sud-américain. La culture industrielle du soja sur ce continent ravage des écosystèmes entiers comme le Cerrado, le Gran Chaco et l’Amazonie que les industriels n’hésitent pas à détruire pour accroître la surface de leurs exploitations. Ce soja est exporté dans le monde entier pour nourrir les animaux d’élevage.

Voici, selon nos informations, la liste des cargos transportant du soja arrivés sur notre territoire en provenance du Brésil, premier exportateur mondial de soja, depuis le 1er janvier 2021. Les bateaux ayant chargé leur cargaison dans les ports de Salvador et d’Itaqui sont les plus susceptibles de transporter de la déforestation importée : ces ports sont en effet situés à proximité du Cerrado, l’écosystème brésilien qui subit le plus l’impact de la culture du soja.

Un nouveau cargo, le Giewont, est arrivé cette semaine dans le port de Nantes-Saint-Nazaire au terminal de Montoir-de-Bretagne. Le Giewont vient du port brésilien de Salvador de Bahia où il a chargé 70 000 tonnes de soja. Ce soja vient de la région du Cerrado, un écosystème où sa culture fait des ravages. Chaque arrivée sur notre territoire de cargo transportant ce soja est une nouvelle preuve de la complicité de la France vis-à-vis d’un système à la ravageuse absurdité, qui consiste à détruire des écosystèmes précieux pour nourrir des animaux entassés dans des fermes-usines dont la production est une catastrophe environnementale, sanitaire et sociale.

Dénoncez à nos côtés l’arrivée de ce nouveau cargo en France, symbole de ce système absurde et destructeur !

Sur les réseaux sociaux, vous pouvez partager cette publication Facebook, cette publication Instagram et surtout retweeter notre tweet en cliquant sur le bouton ci-dessus. Ajoutez un commentaire à votre retweet pour lui donner un maximum de visibilité !

Interpellez directement la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et la secrétaire d’État à la Biodiversité Bérangère Abba par email en cliquant sur le bouton ci-dessus et en personnalisant l'objet de l'email. Nos responsables politiques ont déjà reçu des dizaines de milliers d’emails depuis le lancement de notre pétition. Maintenez la pression avec nous ! Si le lien du bouton ne fonctionne, vous trouverez un email type en bas de cette page.

Si vous souhaitez aller plus loin, décrochez votre téléphone et appelez le standard du ministère de l’Environnement pour l’avertir de l’arrivée de ce nouveau cargo. Employez un ton calme et courtois 😉 Voici le numéro du cabinet de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili : 01 40 81 21 22
Et un exemple de script :

Bonjour,
Je m’appelle XX. Je vous appelle pour vous prévenir de l’arrivée d’un cargo dans le port de Saint-Nazaire. Il vient du Brésil et transporte du soja. Le problème, c’est que le soja cultivé à cet endroit est susceptible de détruire des écosystèmes très importants, comme la savane du Cerrado. Pouvez-vous demander à notre ministre de l’Environnement pourquoi de tels bateaux entrent encore dans les ports français ? La France a une stratégie de lutte contre la déforestation importée. Il faut qu’elle la concrétise pour empêcher l’arrivée de ce type de cargos dans nos ports. Je compte sur vous pour passer le message à Madame la ministre.
Merci beaucoup et bonne journée !

Et si, comme les membres de notre groupe local de Nantes, vous souhaitez vous mobiliser physiquement à nos côtés, n’hésitez pas à contacter le groupe local le plus proche de chez vous ! La carte de nos groupes locaux est disponible ici.

Mail type à envoyer aux adresses barbara.pompili@ecologie.gouv.fr et berangere.abba@ecologie.gouv.fr, avec amazoniebrule@greenpeace.fr en copie :
Madame la ministre, madame la secrétaire d’État,
Je vous écris aujourd’hui pour vous avertir de l’arrivée d’un cargo dans le port de Saint-Nazaire. Celui-ci transporte du soja en provenance du Cerrado pour alimenter nos animaux d’élevage. Vous le savez : la culture du soja dans cette région du Brésil exerce une énorme pression sur les écosystèmes. Comment peut-on encore laisser de tels bateaux décharger leur cargaison dans les ports français ? La France dispose d’une stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI). Il devient urgent qu’elle la concrétise pour mettre un terme à l’arrivée de ce type de cargos dans nos ports. Nous devons à tout prix contrôler l’impact de nos importations et interdire celles qui contribuent à la destruction d’écosystèmes à la valeur inestimable. Emparez-vous de la SNDI et prenez toutes les mesures nécessaires pour garantir que nos importations, à commencer par celles de soja, ne contribuent en aucune façon à la déforestation. Nous comptons sur vous.
Respectueusement,

(Crédits photographiques : © Christian Braga / Greenpeace)