Entre le discours d’EDF et la réalité : un fossé gigantesque   L’étu

Climat

Asphyxié par le nucléaire, le groupe EDF dans la tourmente

EDF, une entreprise en faillite comptable

Entre le discours d’EDF et la réalité : un fossé gigantesque

 

L’étude d’analyse financière, réalisée par le cabinet AlphaValue et demandée par Greenpeace, montre clairement que le modèle nucléaire ne tient plus la route. Les comptes publiés par EDF ne reflètent pas la réalité de sa situation financière, plus fragile encore que ce que l’on imaginait.

 

 

 

Quoiqu’en dise son PDG Jean-Bernard Lévy, le groupe EDF est au bord de la faillite sur le plan comptable. L’histoire relève du bon sens économique : en misant sur le tout nucléaire et en s’obsédant à vendre des réacteurs, EDF est tout simplement non compétitive.

 

Démantèlement, déchets : une petite sous-estimation de 50 milliards d’euros

C’est d’abord sur la question des coûts liés au démantèlement des centrales et au traitement des déchets que le bât blesse : EDF les sous-estime drastiquement. L’entreprise devrait dès aujourd’hui mettre 50 milliards de côté.  

Mais si le groupe ne le fait pas, c’est peut-être parce que cela entraînerait irrémédiablement sa faillite. Ce n’est pas qu’une histoire de chiffres : le groupe en est tout simplement incapable et ne peut pas compter sur l’Etat, et donc sur les contribuables, pour renflouer ses comptes.  

Un petit jeu qui lui permet en tout cas de tromper sur sa santé financière – et qui inquiète par son irresponsabilité.

 

Investissements : un financement hors de portée pour EDF

Sur ses investissements futurs, EDF n’a pas non plus les moyens de ses ambitions. Mis bout à bout, ces investissements représentent 165 milliards d’euros sur les dix prochaines années. Une somme astronomique sur laquelle EDF se garde bien de communiquer, une fois de plus.

 

Seule porte de sortie pour EDF : fermer les réacteurs

La conclusion est sans appel : la stratégie industrielle de prolongation des réacteurs nucléaires en France est un échec. Selon l’étude AlphaValue, EDF bénéficiera sur le long terme d’une réduction de sa capacité nucléaire installée : le groupe sait maintenant ce qu’il lui reste à faire.  

Anomalies en pagaille, retards qui s’accumulent

 

 

Les conclusions de cette étude d’analyse financière viennent s’ajouter à un contexte très lourd pour le groupe qui accumule les erreurs et tente désespérément de les cacher sous le tapis. C’est par exemple le cas sur l’EPR de Flamanville.

 

 

La demande d’EDF de prolonger à 2020 le décret d’autorisation de création de Flamanville 3 est bien le signe que le chantier prendra à nouveau du retard et que l’EPR ne sera pas mis en service en 2018, contrairement à ce qu’EDF s’obstine à prétendre.  

La publication de cette demande intervient le même jour que celui choisi par l’opérateur pour se féliciter du bon déroulement du projet : cherchez l’erreur.  

Le calendrier annoncé par l’opérateur est en réalité intenable en raison des déboires de la cuve.

 

 

Il est aberrant d’affirmer que la cuve est apte à la mise en service de l’EPR de Flamanville. L’expert britannique John Large avait affirmé à ce sujet, dans un rapport publié par Greenpeace en septembre, que le seul moyen de garantir que la cuve de l’EPR de Flamanville est conforme aux normes de certification, c’est de procéder à un test destructif de la cuve pour vérifier sa résistance.

 

Au bord de la faillite, EDF n’est plus crédible sur sa politique nucléaire et doit d’urgence sortir du déni. La gestion du groupe par ses dirigeants est totalement irresponsable. La France continue de s’embourber dans l’impasse nucléaire et doit maintenant se réveiller pour faire face à un triple défi écologique, de sûreté et économique.





Commentaires (35)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

tomtom

@ fra peu importe a qui vous "achetez" votre electricité elle vous sera toujours fournie par ERDF et donc a 75% du nucleaire les soi disant fournisseur ont juste le role d editer votre facture ... mais votre electricité viendra toujours de ERDF donc EDF ...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Elsass68

Bonjour, Je ne trouve pas de coopérative alsacienne malgré une petite production, donc rien de "près de chez nous", "près des consommateurs" et ne couvre donc pas l'ensemble de l'hexagone, mais seulement un rectangle nord-sud. Cette société est-elle vraiment indépendante? Merci & bonne journée

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

J'observe

Bjr , Je ne suis pas un spécialiste en politique et en finance ,mais sur le terrain je vois des installations ,équipements qui sont obsolètes ,pas ou très mal entretenus de la part d'EDF, SNCF, GDF, Les sociétés des Eaux ..etc ce qui ,ne les empêchent pas d'empocher et de placer pour faire fructifier des montagnes d'euros issues de nos poches ," pauvres utilisateurs vaches à lait ".. Je sais aussi qu'EDF traine des pieds et fait barrage à l'avancée des énergies solaires ..ben voyons si le monopole et la source d'euros se tarissait !!! Bravo encore au courage de GREENPEACE qui dénonce tout cela et agit sur le terrain..

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.