-
STOP PLUTONIUM - Greenpeace
Accueil
La CCCI
Matières nucléaires
La filière plutonium
Les industries
Les transports
Les risques
Documents et archives
Lexique
Liens
Contacts

 

Toutes nos vidéos

STOP PLUTONIUM

Le MOX
(Mixed Oxyde Fuel)

Après avoir utilisé "le retraitement" pour extraire le plutonium à des fins militaires dans UP1 à Marcoule et UP2/400 à La Hague, la France a décidé d'un très large programme de surrégénération. On allait construire des dizaines de réacteurs type Super-Phénix (photo ci-contre) qui allaient produire plus de plutonium qu'ils n'allaient en consommer. On a donc décidé de construire UP2/800 (comme 800 tonnes par an) et UP3, de même capacité, mais pour les clients étrangers. Ainsi on s'est mis à extraire 16 tonnes de plutonium par an à l'usine de La Hague.

Mais ce pari fou est à oublier au plus vite. L'industrie internationale nucléaire allant d'échec en échec avec les surrégénérateurs (le sodium qui les refroidit est très délicat lui aussi à manipuler), comment justifier le retraitement, qui est la solution politique de certains pays pour faire croire qu'il existe une solution à la gestion des combustibles nucléaires irradiés ?

Le Mox ainsi né, on réutilise une petite partie du plutonium extrait à La Hague pour le mélanger à de l'uranium neuf naturel appauvri. Ce mélange contenant environ 7% de Plutonium est chargé dans vingt réacteurs de 900MW en France. Il pose de nombreux problèmes et EDF fait savoir de plus en plus fort et publiquement qu'elle ne désire pas vraiment utiliser ce produit. Mais où irait le "marché" international du Mox si le principal électricien français n'en voulait pas ?

Au nom de cette volonté nationale, EDF participe à faire croire au bien fondé de l'utilisation d'un combustible, beaucoup plus cher. Mais qui paie de toute façon ? Vous et moi, alors...

- Dossier technique sur le MOX [PDF - 91ko]
- Procédé de fabrication du MOX

La politique d'EDF
Cogema et le MOX

Inconvénients du combustible au plutonium
Perspectives

La filière du plutonium

 
 
30/05/2006 - Loi sur la gestion des déchets nucléaires : Greenpeace livre 331 bouteilles d'eau radioactive au Sénat et dévoile la menace sur le Champagne
29/05/2006 - Stockage de déchets nucléaires étrangers : Greenpeace rafraichit la mémoire de l'ANDRA et assigne COGEMA en justice
23/05/2006 - Gestion des déchets nucléaires: les mensonges continuent
17/05/2006 - Document EPR classé secret défense: nous le publions!


Site officiel de Greenpeace
-

La campagne Nucléaire de Greenpeace