-
STOP PLUTONIUM - Greenpeace
Accueil
La CCCI
Matières nucléaires
La filière plutonium
Les industries
Les transports
Les risques
Documents et archives
Lexique
Liens
Contacts

 

Toutes nos vidéos

STOP PLUTONIUM

< accueil

Procès d'Eugène Riguidel : Quand l'Etat criminalise ses citoyens pour protéger son industrie nucléaire

mar 30 novembre 2004 - Cherbourg - Aujourd'hui, le navigateur Eugène Riguidel est convoqué devant le tribunal de Cherbourg pour avoir pénétré le 3 octobre dernier, dans la zone militaire du port à bord de La Rieuse , petit voilier sans moteur. Il est accusé de "faits qualifiés constituant un délit contre les intérêts fondamentaux de la Nation" et encourt une peine de prison d'un an ainsi qu'une amende de 15 000 euros. Le navigateur a reçu le soutien de nombreuses organisations présentes sur place, comme le Réseau Sortir du Nucléaire, la Confédération Paysanne, les Faucheurs volontaires, les Verts représentés par le secrétaire national Gilles Lemaire, et bien sûr, Greenpeace.

Cette action pacifique de protestation s'était déroulée dans le cadre de la campagne contre le transport de 140 kilos de plutonium américain à destination de l'usine de Cadarache. A cette occasion, de nombreux marins, simples citoyens amoureux de la mer et de son environnement, avaient constitué la Flottille pour la paix et contre le nucléaire, qui à l'origine, sous le nom de "Nuclear Free Seas Flotilla", avait été créée pour , manifester contre les essais nucléaires français dans le Pacifique. Une dizaine de bateaux composant cette flottille étaient présents à Cherbourg pour protester contre ce transport. Jonathan Castle, le commandant historique du Rainbow Warrior coulé à Auckland il y aura 20 ans l'année prochaine par les services secret français, et Pernilla Svenberg, militante Suédoise, était aussi présents sur La Rieuse et sont également poursuivis.

"Pour avoir attiré l'attention sur les risques d'un transport équivalent à des dizaines de bombes nucléaires à travers la planète, Eugène Riguidel est aujourd'hui accusé d'être l'ennemi de la Nation !" dénonce Frédéric Marillier, chargé de Campagne nucléaire à Greenpeace France. "Riguidel un grand criminel et le plutonium un bienfait pour l'humanité, voici le monde tel que le conçoit Areva. Nous espérons que la justice fera la part des choses et rétablira la réalité : c'est l'industrie du plutonium qui menace les intérêts fondamentaux de la planète, de la paix et de la démocratie" .

Le transport de plutonium arrivé cet automne en France fait partie d'un vaste programme de développement de l'industrie du plutonium. Dans le cadre d'accords de désarmement entre la Russie et les Etats-Unis, l'industrie française a réussi à imposer sa technologie, à savoir utiliser le plutonium militaire en surplus pour fabriquer du combustible MOX (mélange de plutonium et d'uranium). Cependant, d'autres solutions techniques moins dangereuses et moins onéreuses existent et notamment l'immobilisation du plutonium dans des déchets hautement radioactifs. La préférence affichée par Areva engendrerait le développement d'une industrie du plutonium aux Etats-Unis et en Russie, avec notamment la construction dans chaque pays d'usine de MOX, copie conforme de l'usine Cogema de Melox à Marcoule (Gard). La contribution russe à ce projet serait financée par les pays du G8.

"Sous couvert de désarmement, l'industrie cherche à amorcer la pompe à plutonium au niveau international" explique Yannick Rousselet, chargé de campagne Nucléaire à Greenpeace France. "A moyen terme, ceci se traduira par plus de plutonium produit, plus de plutonium en circulation, donc plus de risques de prolifération. Le projet "Mox for Peace" d'Areva n'est qu'une vaste hypocrisie et va à l'encontre d'une planète en paix".

Le MOX fabriqué à Cadarache (Bouches du Rhône), et à Marcoule (Gard). repartira vers les Etats-Unis en début d'année prochaine. Sur le site américain de Savannah River où est prévu la construction de l'usine de MOX, les Etats-Unis projettent de construire une nouvelle usine de fabrication de têtes nucléaires. Le site d'accueil prévu en Russie à Tomsk produira chaque année, entre 1 et 2 tonnes de plutonium à des fins militaires.

Lire aussi :
- Eugène Riguidel, John Castel et Pernilla Svenberg, membres de la Flottille pour des mers sans nucléaire, arrêtés dans le port de Cherbourg - Ils ont été libérés ce lundi 04 octobre en fin de matinée
- Eugène Riguidel en route pour son procès


 
 
30/05/2006 - Loi sur la gestion des déchets nucléaires : Greenpeace livre 331 bouteilles d'eau radioactive au Sénat et dévoile la menace sur le Champagne
29/05/2006 - Stockage de déchets nucléaires étrangers : Greenpeace rafraichit la mémoire de l'ANDRA et assigne COGEMA en justice
23/05/2006 - Gestion des déchets nucléaires: les mensonges continuent
17/05/2006 - Document EPR classé secret défense: nous le publions!

 


Site officiel de Greenpeace
-

La campagne Nucléaire de Greenpeace